Événement : Socle et finalité du pouvoir

Moment très attendu. Moment solennel. Le sujet ne prête ni à l’indignation, ni à la satisfaction outre-mesure. Il s’agit d’un élément clé dans la construction démocratique en cours, à savoir la justice et sa réforme qui piétine depuis des années. C’est dans ce sens que l’on peut dire que cette dynamique de réforme a eu son coup de pouce royal par le discours du Souverain à Agadir, à l’ouverture de l’année judiciaire. Et comme il fallait s’y attendre, le Souverain n’est pas allé par quatre chemins pour dire et les maux du secteur et les solutions qu’il faut y apporter.
L’objectif est clair. Il n’y en a pas mille. Redonner confiance aux justiciables. En s’adressant aux magistrats, le Souverain a dit, après avoir rappelé les principes qui permettront d’installer la confiance : « Ainsi, vous ferez régner la justice dont Nous avons fait le socle et la finalité de Notre doctrine du pouvoir. C’est, en effet, sur elle que Nous fondons l’ambition d’assurer à Notre peuple libre et fier, le progrès démocratique, la cohésion sociale et l’essor économique que Nous appelons de Nos Voeux. »
En évoquant la réforme judiciaire, le Souverain a souligné qu’une « justice indépendante, intègre et efficiente conforte la suprématie de la loi et assure confiance et sécurité pour les personnes et les biens. Si elle favorise le développement et incite à l’investissement, elle apporte aussi la garantie du renforcement de la stabilité et de la démocratie, que Nous plaçons au dessus de toute autre considération. »
Sans langage démagogique aucun, le discours royal a asséné un coup dur à tous ceux qui font traîner le processus de réforme. « Mais est-ce que les efforts déployés à cet égard ont permis d’atteindre les objectifs escomptés ? La réponse est assurément non. En effet, tout en Nous félicitant des réalisations accomplies jusque-là, Nous considérons que l’action de réforme de la justice est un programme ambitieux, laborieux et de longue haleine, dont Nous tenons résolument à accélérer la cadence, pour assurer la modernisation, la moralisation et la mise à niveau de l’appareil judiciaire. »
La mise à niveau de l’appareil judiciaire est un impératif, sinon toute réforme, tout discours autour de la réforme restera vain. Sans suite. Et si tout le monde n’a eu de cesse d’appeler à la modernisation de l’appareil judiciaire, de le doter des moyens technologiques adéquats, le Souverain lui a donné ses directives au gouvernement pour poursuivre les efforts de modernisation de la justice, en rationalisant le travail, en simplifiant les procédures et en assurant la généralisation de l’informatique.
Le souci royal manifesté depuis toujours à l’égard des démunis, des populations dans des situations difficiles n’a pas été démenti lors du discours d’Agadir.
Reste maintenant que le gouvernement mette « à profit les délais impartis pour l’entrée en vigueur du nouveau code de procédure pénale, pour assurer la formation et la qualification des juges d’exécution des peines, de sorte qu’ils puissent observer la conduite des prisonniers repentis et contribuer à accroître les opportunités de mise en liberté.»
Le discours royal de ce mardi fera date. Point de doute. Il s’inscrit dans une dynamique globale que le Souverain a voulu donner à l’ensemble des pouvoirs. Une dynamique qui rompt avec l’archaïsme et va de l’avant. Encore faut-il que tout le monde suive.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *