Faits divers : Arrestation à Casablanca d’une bande de trafiquants de cocaïne

C’était en juin dernier quand un chanteur dans un restaurant-bar du quartier Aïn Diab s’est adressé à la police judiciaire du district Casablanca-Anfa pour déposer une plainte à propos du vol de sa voiture. Il a affirmé aux limiers de la PJ avoir emprunté une importante somme d’argent à deux frères, avec lesquels il entretenait une relation amicale. Plongé dans une crise financière, il s’est retrouvé incapable de leur en rendre à temps. Selon sa plainte, les deux frères n’avaient pas l’intention de lui accorder quelques mois de plus avant de leur en restituer. Et ils ont fini par lui voler la voiture. Les éléments de la brigade criminelle qui se sont chargés de l’affaire ont entamé aussitôt les investigations nécessaires. Malheureusement, ils ne sont pas arrivés, dans un premier temps, à trouver leur trace. Seulement, les détectives de la police judiciaire du district Casablanca-Anfa n’ont pas baissé les bras. Ils ont continué leur enquête en collectant à gauche et à droite les informations nécessaires pour repérer au moins la voiture. Ce n’est que la semaine dernière que les enquêteurs ont reçu une information faisant état que les deux frères étaient en compagnie d’un troisième homme et d’une jeune fille à Sidi Bernoussi. Rapidement, ils se sont mobilisés pour effectuer une descente sur la demeure qu’ils occupaient. Cependant, ils sont arrivés à arrêter uniquement l’un des deux frères, un ex-RME refoulé d’Italie, et sa copine. Fouillant les quatre coins de la demeure, ils ont saisi cinq cents grammes de chira et quelques grammes de cocaïne. Ils ont également saisi une voiture, de marque Touareg, immatriculée en Espagne, qui semble être l’objet de la plainte déposée par le chanteur. Seulement, l’enquête a révélé que ses papiers étaient falsifiés. Arrêté, le chanteur a avoué être également membre de cette bande qui opérait entre Aïn Diab, Sidi Bernoussi, le centre-ville et Mohammedia. En effet, les enquêteurs ont continué leur travail de fourmi pour mettre hors état de nuire tous les membres de la bande. Effectivement, ils sont arrivés à épingler le frère de l’ex-RME. Et le nombre des suspects atteint quatre, à savoir le chanteur, l’ex-RME, sa copine et son frère. Ceux-ci ont dévoilé les identités d’autres membres de la bande dont un médecin et des Subsahariens. Ils ont également dévoilé aux enquêteurs que leur bande travaillait en coordination avec d’autres qui se chargent de leur approvisionnement. L’enquête a été reprise jour et nuit. Elle s’est soldée par l’arrestation d’un Subsaharien. Celui-ci était l’appât qui a facilité l’arrestation du médecin, membre de la bande. Il y a six ans que ce médecin interne à l’hôpital Ibn Rochd à Casablanca a découvert la cocaïne quand un patient lui en a donné pour goûter. Malheureusement, le médecin est devenu son esclave. Remarquant que sa vente rapporte de l’argent, il est devenu trafiquant. Il s’approvisionnait de chez l’ex-MRE refoulé d’Italie et du Subsaharien qui l’a dénoncé. Sa voiture qu’il utilisait pour liquider la cocaïne, Un Audi, a été saisie. Au début de la semaine dernière, il a été traduit, en compagnie de l’ex-RME, son frère, sa copine, le Subsaharien et le chanteur, devant le parquet général près la Cour d’appel de Casablanca qui les a mis entre les mains du juge d’instruction.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *