«Forum justice et vérité» perd une section

Le mercredi 18 juin 2003,le tribunal de première instance de Laayoune a rendu son verdict à propos de la demande du procureur du roi pour dissoudre la section Sahraouie du Forum Vérité et Justice. l’arrêt du tribunal porte sur la dissolution de la section Sahara du FVJ, la fermeture du local de ladite Section, l’interdiction de toute réunion de la section et la liquidation des biens de ladite section au bénéfice de l’association mère.
Selon plusieurs membres du Forum, ce verdict qui était prévu, doit faire l’objet, ce lundi 23 juin, d’une réunion du Bureau exécutif de cet organisme ; et ce alors que le 25 du même mois un membre du forum dans la région du sud, en l’occurrence D’khil Moussaoui, sera présenté devant la Cour d’appel. M. Moussaoui, comme Bazid Salek, qui écope une peine de 10 années de prison, est accusé de participation aux émeutes de Laâyoune parmi un groupe de jeunes portant des cagoules.  A ces deux personnes, s’ajoutent les cas d’Ahmed nacarat, arrêté suite aux événements du 17 novembre 2001 et Mohamed Ali Salem Tamek, membre également de la Confédération démocratique du travail ( CDT) arrêté dans le cadre de l’Affaire d’Agadir portant sur l’intelligence avec les Séparatistes du Polisario.
Bien entendu, les dispositions du verdict n’ont surpris personne. Déjà au sein du congrès du forum, qui s’est tenu du 14 au 16 juin 2002, les sensibilités composant le Forum étaient partagées sur la position à prendre à l’égard de cette question. La section de Laâyoune était désignée du doigt, par les autorités et se comportait, selon, certains membres fondateurs anciens dirigeants du FVJ comme une entité à part.
Ses membres, ajoute-t-on, outrepassaient leurs prérogatives et agissaient comme un organe de défense des positions hostiles à l’intégrité territoriale du royaume.  Des accusations, évidemment, réfutées par d’autres dirigeants de cet organisme. Mais, toujours est-il que la justice a prononcé son verdict en ce qui concerne ce dossier et que le lendemain de cette sentence, les autorités ont procédé à la fermeture du siège du Forum à Laâyoune et dans les milieux des personnes concernées par cette affaire, l’on craint des poursuites judiciaires à leurs égards. 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *