Guéliz : Polémique autour d’un marché

Guéliz : Polémique autour d’un marché

Au lieu et à la place du marché municipal de Guéliz, les Marrakchis s’arrêtent depuis le 15 février devant un espace poussiéreux où ne demeurent plus que deux restaurants. C’était attendu, décidé depuis déjà deux ans. Cette place stratégique à côté du Boulevard Mohammed V, datant des années 20, abritait des petits commerces de poterie, des fleuristes, des marchands de légumes et de poissons est sujette à polémique depuis un temps. La destruction du marché suscite des réactions mitigées. Si pour certains c’est une érosion de l’identité de la ville ocre, pour d’autres c’est une action pour l’homogénéité urbanistique de la ville.  D’un côté, un vieux marché avec quelque 200 commerces, une dizaine d’habitations et 2 restaurants et de l’autre le Conseil de commune de la ville de Marrakech avec ses ambitions de créer un complexe commercial grandiose avec une enveloppe budgétaire globale de 300 millions DH. Il est question d’un projet plurifonctionnel construit sur 13.692 m2, fait de complexe commercial de 5 étages regroupant 69 commerces, 57 bureaux, 96 appartements, un parking souterrain de 325 places, en plus du marché central qui sera relogé en sous-sol au rez-de-chaussée. Selon le maire de Marrakech, Omar El Jazouli : « le marché contenait en 1920, 76 magasins, nombre qui a augmenté par la suite pour atteindre 196, plus 7 maisons, le siège de l’association des anciens résistants, 2 restaurants, un café et 7 parkings ». Ceci, souligne le caractère anarchique avec lequel s’est agrandi le vieux marché. Il faut savoir que les marchands payaient des loyers mensuels modiques ne dépassant pas les 300 DH. A leur retour dans 2 ans, temps prévu pour la réalisation du complexe, ils bénéficieront d’un abattement de 50% sur les prix de vente. Au lieu d’un prix au mètre carré de 30 mille DH, ils pourront acheter leurs nouveaux magasins à 15 mille DH. Regroupés en association, ces derniers affichent leur incapacité à faire face à un tel investissement. Les marchands ne sont pas les seuls récalcitrants quant au projet de destruction du marché municipal. Pour les habitués du marché et certains intellectuels adorateurs de la ville ocre, l’étoile du sud est en train de se déteindre. Ils ont rédigé dans ce sens une pétition pour faire face à la décision du Conseil communal. A ces derniers, Omar El Jazouli répondi : « le marché de Guéliz ne relève pas du patrimoine de la cité ocre, mais constitue un simple édifice qui remonte à une étape précise. Il est temps de le reconstruire selon des critères plus modernes qui tiennent compte de la position et du degré d’évolution de la ville ». Les actions entreprises pour la sauvegarde du marché sont restées lettres mortes, puisqu’en date d’aujourd’hui, tous les magasins sont rasés et leurs gérants relogés temporairement dans un autre marché sis dans la rue Ibn Toumert. Seuls deux restaurants persistent et attendent de trouver arrangement avec le Conseil de la Commune. « Avant d’acheter le pas-de-porte à 850 mille DH, j’ai été demandé l’autorisation à la municipalité. On m’y a informé que la destruction du marché central peut être pour demain comme elle peut se faire dans 10 ans !», se plaint Abdeljabar El Bertaai, gérant du restaurant «Resto mer langoustine». Pour ce dernier, il est clair qu’il a été induit en erreur. D’ailleurs, en plus du prix payé pour le pas-de-porte, le gérant est allé jusqu’à aménager son restaurant pour un montant global qu’il a estimé à 1million150 mille DH. Actuellement, ce dernier est en négociation directe avec Mohamed El Horr, élu communal et vice-président du conseil. «Nous sommes arrivés à des compromis à hauteur de 75%. A la vitesse avec laquelle avancent les négociations, l’espace sera déserté et prêt pour les travaux de constructions d’ici une semaine», déclare Mohammed El Horr. En fait, le Conseil propose 500 mille DH au gérant du restaurant ainsi que la possibilité de profiter de 2 magasins dans le marché de relogement. Les discussions avec le gérant de l’autre restaurant vont bon train. Après 2 ans donc de tergiversations, le marché municipal de Marrakech disparaîtra pour laisser place au complexe multifonctionnel. Rendez-vous dans deux ans.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *