Hygiène : Le sable de 45 plages sera passé au crible

Hygiène : Le sable de 45 plages sera passé au crible

Un plan de surveillance de déchets marins sera prochainement établi

Cette surveillance sera opérée conformément aux procédures internationales, notamment les méthodes et les directives du Plan d’Action pour la Méditerranée et du Programme des Nations Unies pour l’environnement relatives à la surveillance de la pollution des déchets marins.

Un sable de plage qui n’est pas propre peut être à l’origine d’affections en raison de la présence de contaminants de différentes natures (microbiologique, mycologique, les déchets marins…).  Depuis 2017, la surveillance de la qualité hygiénique du sable des plages est menée unilatéralement par le secrétariat d’Etat chargé du développement durable. En 2018, la surveillance du sable concernera 45 plages pour atteindre 60 en 2020. Il n’est pas inutile de rappeler que la direction des ports et du domaine public maritime a entamé depuis 2010 des opérations pilotes pour le contrôle de la qualité hygiénique du sable.

Ces opérations ont concerné 10 plages en 2010, 13 plages en 2011, 16 plages en 2012 et 2013, 20 plages en 2014 et 26 plages en 2015 et 2016. Ces actions avaient montré que les déchets rencontrés sur les plages étaient essentiellement en plastique et en bois. Il faut savoir que cette surveillance porte sur la réalisation de prélèvement du sable pour analyses physico-chimiques (métaux lourds, hydrocarbures…) et mycologique (différents dermatophytes) en vue d’évaluer leur qualité. Il faut aussi relever qu’en vue de répondre aux engagements régionaux, notamment la Convention de Barcelone ratifiée par le Maroc, ces plages feront l’objet d’une caractérisation et identification des déchets marins (plastique et polystyrène, verre, papier et carton de tous types, métaux, tissus, caoutchouc, déchets liés à la pêche, bois, mégots de cigarettes, matière organique biologique et déchets liés à l’hygiène).

L’objectif étant d’établir un plan de surveillance de ces déchets conformément aux décisions des conférences des parties contractantes à la Convention de Barcelone, notamment la Décision IG21/7 (COP 18, Istanbul 2013) relative à la mise en œuvre du Plan régional sur la gestion des déchets marins en Méditerranée. Cette surveillance sera opérée conformément aux procédures internationales, notamment les méthodes et les directives du Plan d’Action pour la Méditerranée et du Programme des Nations Unies pour l’environnement relatives à la surveillance de la pollution des déchets marins. Pour sensibiliser davantage à la problématique des déchets marins, la coordination nationale du programme national de la surveillance de la pollution tellurique de la Méditerranée (MedpoL) relevant du secrétariat d’Etat chargé du développement durable a lancé deux projets pilotes avec des associations opérant sur la Méditerranée. Le premier projet intitulé «Adopter une plage» concernera 4 plages, à savoir Merkala à Tanger, Ansa à Tétouan, Sabadia à Al Hoceima et Miami à Nador et le second projet «Pêche aux déchets» au niveau du port de pêche.

Bactéries, champignons : Ce qui se cache dans le sable de nos plages

La qualité du sable des plages peut être à l’origine de transmission de certaines maladies comme les mycoses ou des maladies de peau dues à des champignons. Ainsi, le contact direct du sable sur la peau peut provoquer des irritations ainsi que des mycoses.

L’OMS estime que «des bactéries, des champignons, des parasites et  des virus ont été isolés dans le sable des plages» . Certains peuvent être pathogènes. Les facteurs qui  influent sur la  survie et la dispersion des agents pathogènes sont la nature de la plage, les marées, la pollution par les eaux usées, la saison, le passage d’animaux et la fréquentation

par les nageurs. La transmission peut se faire par contact direct  entre personnes ou par d’autres voies, mais aucun mode de transmission n’a été mis en évidence avec certitude.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *