Il égorge sa propre fille

Douar Bouda, dans la région de Taounate. Rachid est un jeune homme qui jouit d’une bonne réputation. Tous ses voisins et amis au douar le respectent, l’apprécient et l’estiment. Lui, également, les respecte et les sert avec abnégation. Ce bon comportement remonte à son enfance. Il évitait le moindre accrochage avec ses amis quand il était encore enfant au point que personne au douar ne se souvient qu’il se soit disputé ou en soit venu aux mains avec un autre enfant du douar. Certes, il jouait avec eux au football et aux autres jeux d’enfance, mais sans se mêler jamais à une rixe.
Dès qu’il se rendait compte qu’une bagarre allait éclater, il n’hésitait pas à rentrer chez lui. A l’école, il était un élève brillant et discipliné. Il ne ratait pas le moindre cours. Seulement, à défaut de moyens et vu le long trajet entre l’école et sa maison, il n’a pas pu poursuivre ses études. Il les a abandonnées au niveau du sixième année de l’enseignement fondamental. Depuis, il est resté chez lui durant des années avant de commencer à se débrouiller pour gagner sa vie, d’une part, et soutenir sa famille, d’autre part. Au fil des années, son coeur commence à battre la chamade quand il a croisé un jour de l’an 1999, une fille du douar, Fatima, âgée de dix-sept ans. Elle est belle et a fière allure. Sa beauté séduisait tous les jeunes du douar. Seulement, elle a préféré Rachid. Elle n’a manifesté aucun refus quand les parents du jeune homme sont venus chez les siens pour la demander en mariage.
Elle était très heureuse, pleine de joie. Elle n’aurait jamais pensé que Rachid, le jeune homme de bonne réputation, discipliné et apprécié, tomberait amoureux d’elle au point qu’il lui demanderait sa main. Il n’a pas perdu de temps pour célébrer les noces. En quelques jours, le couple s’est retrouvé sous le même toit, vivant une belle histoire d’amour. Quelques mois plus tard, la jeune femme a mis au monde une petite belle fille. Rachid et Fatima sont devenus les parents de Lamiae. Ce qui devait noyer leur foyer dans un océan de joie. Seulement, c’est tout le contraire qui est advenu. Rachid a changé du tout au tout, son comportement et ses réactions ne sont plus les mêmes. Il est devenu très violent et très agressif. Pourquoi ? Personne ne le sait au juste. Il évitait d’en parler quand ses parents tentaient de lui faire des reproches et de lui demander ce qui s’était passé. Sa femme, quant à elle, a décidé de lui demander les raisons de son changement.
Il ne voulait plus lui répondre. Il lui a tourné le dos. Pire, il s’abstenait de s’approcher de sa fille, de la prendre dans ses bras ou de l’embrasser. Les mois passent et la rancune ravage le coeur de Rachid. Il ne veut plus échanger la moindre parole avec sa femme. Il ne la regarde plus, ne la touche plus et ne partage plus avec elle le même lit. Qu’est-ce qu’il lui est arrivé ? Aucune réponse. Lamiae grandit et arrive à son troisième printemps, pourtant son père ne la porte pas et ne l’embrasse pas.
Début de l’an 2004. Rachid rentre chez lui tard, avance vers sa femme, la dévisage comme s’il voulait la dévorer, sans lui adresser aucune parole. Fatima se contente de le regarder sans comprendre. Qu’est-ce qu’il lui veut ? Elle n’en sait rien. Elle s’endort, sa fille entre les bras.
De l’autre côté de la maison, Rachid s’allonge, mais sans parvenir à trouver le sommeil. Il semble que quelque chose le préoccupe. A 1h du matin, il se lève du divan, va à la cuisine, ouvre un tiroir et se saisit d’un couteau. Que voulait-il en faire? Il quitte la cuisine et se dirige vers la chambre à coucher. Sans attirer l’attention de sa femme, il prend Lamiae entre ses mains et sort de la chambre. Fatima ne se rend compte de rien, elle dort profondément. Rachid dépose la fille sur le divan. Il semble dans un état second. La fillette dort à poings fermés.
Il prend le couteau et l’égorge de sang froid. Quand sa femme s’est réveillée et qu’elle n’a pas trouvé sa fille à côté d’elle, elle est sortie de la chambre pour aller à sa recherche. Frappée par la vue du corps de sa fille baignant dans une mare de sang, elle lance un cri strident et s’effondre. Alertés, les gendarmes se sont dépêchés sur les lieux. Rachid est encore là. «Lamiae n’était pas ma fille, car ma femme me trompait“, déclare-t-il aux enquêteurs.
Une accusation rejetée par Fatima. “Je doutais de ses comportements depuis longtemps, elle me trompait avec un autre jeune homme“, affirme-t-il. Lequel ? Il n’a pas de réponse. Rachid, 25 ans, a été traduit devant la Cour d’appel de Fès.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *