Intempéries au Maroc: Nouvelle alerte ce jeudi

Intempéries au Maroc: Nouvelle alerte ce jeudi

Le sud du Maroc a vécu 48 heures de cauchemar. Le bilan des intempéries qui se sont abattues sur les régions du Sud ne cesse de s’alourdir.

Ces précipitations exceptionnelles ont déjà causé la mort de 32 personnes et des dizaines sont portées disparues. Dans la province de Guelmim, 24 personnes sont mortes, 6 personnes sont toujours portées disparues et demeurent activement recherchées. Les opérations de secours ont permis jusqu’à présent le sauvetage de 214 personnes au total.

14 parmi elles ont été secourues durant la matinée du lundi par les hélicoptères déployés par la Gendarmerie royale. Les prévisions météorologiques durant les prochains jours risquent d’aggraver davantage cette situation déjà chaotique. Contacté par ALM, le chef du service de la communication à la Direction de la météorologie nationale, Lhoussaine Youabd, annonce un retour des averses orageuses dès jeudi.

«La situation météorologique évoluera vers une amélioration dès ce mardi. En revanche, le temps perturbé sera de retour jeudi. Il faudra s’attendre à des averses orageuses dans le sud du Royaume et plus particulièrement dans les régions du Haouz et de Souss-Massa-Drâa. Des chutes de neiges sont également prévues sur les reliefs dépassant les 1.700 mètres», indique-t-il. Les services de la météorologie nationale invitent les citoyens à faire preuve de vigilance face aux fortes précipitations qui s’annoncent ce jeudi.

Les régions de Guelmim-Es Semara, Souss-Massa-Draâ et Marrakech-Tensift-Al Haouz ont été de loin les plus touchées. Lundi, 11 corps ont été repêchés, suite aux crues de l’Oued Talmaadart, à 14 km au nord de Guelmim. Selon les autorités locales, neuf personnes ont été secourues alors que deux autres sont toujours portées disparues. Les services du ministère de l’intérieur, les Forces armées royales et la Gendarmerie royale poursuivent leurs efforts en vue de secourir les personnes qui sont encore encerclées par les crues. Le ministère de l’intérieur avait mobilisé pas moins de 130 véhicules de sauvetage, 335 zodiacs et embarcations pour retrouver ces personnes. En attendant, des centaines de personnes sont prises en otage par les flots dans leur village (voir encadré ).

Les dégâts matériels sont importants: dimanche après-midi, une centaine de «maisons en pisé» avaient été totalement ou partiellement détruites. Il faut aussi relever que plusieurs dizaines de routes ont été coupées (voir encadré ). Face à cette catastrophe, l’intervention royale ne s’est pas fait attendre. Le Souverain a donné Ses Hautes Instructions aux autorités compétentes pour prendre les mesures urgentes nécessaires afin d’apporter toutes les formes d’aide et de soutien aux populations sinistrées.

Ce phénomène météo exceptionnel par son intensité est survenu suite à un contraste thermique comme le souligne le chef du service de la communication à la Direction de la météorologie nationale. Cette situation s’explique par la rencontre de l’air chaud et humide avec un air froid en altitude. Cette instabilité des masses d’air a favorisé l’apparition d’orages et de fortes pluies. Ces violentes précipitations ont ainsi provoqué des inondations et des crues de plusieurs rivières au pied des massifs du Haut-Atlas et de l’Anti-Atlas. Selon la Direction de la météorologie nationale, Ouarzazate et Tinghir ont été les plus exposées avec respectivement un cumul des précipitations de 160mm et 82 mm en 24 heures.

Que se passe-t-il à l’Oasis de Goulmima ?

Une maman en détresse a contacté ALM depuis Genève. Sa fille et sa petite-fille de 4 ans sont coincées depuis 3 jours  à l’Oasis Goulmima sans nourriture, eau et électricité. La jeune maman n’a aucun moyen pour communiquer avec le monde extérieur. C’est la panique dans le village. Elles seraient 600 personnes à vivre cette situation.

A l’heure où nous avons reçu l’appel, aucune intervention n’a eu lieu par les secours et les habitants de l’Oasis restaient toujours livrés  à  eux-mêmes.

Plusieurs tronçons de routes coupés

Plusieurs tronçons de routes ont dû être coupés suite aux pluies torrentielles qui ont touché les régions du Sud. Selon le rapport provisoire sur les dégâts de crues de la période du 21 au 23 novembre du ministère de l’équipement et du transport, on peut citer parmi les tronçons de routes coupés à la circulation :

– La route nationale n°1 reliant Guelmim à Bouizakarne au niveau d’oued Tamadert

– La route nationale n°9 reliant Marrakech à Ouarzazate et ce, à cause de la crue d’oued Ghdate

– La route nationale n°8 reliant Marrakech à Kelaa Sraghna au niveau d’oued Bourouihate

– La route nationale n°10 reliant Ouarzazate à Taroudante au niveau d’oued Imini

– La route nationale n°12 sur les trois tronçons : l’un reliant Tata à Foum Zguid, l’autre reliant Tata à Assa et le dernier reliant Guelmim à Assa

Il faut aussi relever que d’importantes dispositions ont été prises par le ministère de tutelle. Parmi celles-ci, il y a lieu de relever la création d’une cellule de crise sous la supervision du directeur des Routes pour le suivi et la supervision de la situation au niveau du réseau perturbé .

Cette cellule est aussi chargée de la diffusion de l’information sur l’état du réseau routier et la supervision des opérations de rétablissement des routes endommagées et la mobilisation du matériel nécessaire. Trois commissions ont également été créées pour l’appui des directions territoriales concernées par les dégâts occasionnés par les crues.

 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *