Journée mondiale du rein : Quelque 500 patients sont hémodialysés au niveau d’Oujda

À l’occasion de la Journée mondiale du rein, célébrée le 10 mars, la délégation régionale du ministère de la Santé d’Oujda, en partenariat avec la Société marocaine de néphrologie et l’Association de soutien des insuffisants rénaux chroniques à Oujda, a animé à la Faculté de médecine, une conférence sous le thème : «Protégez vos reins, sauvez votre cœur». Une opportunité pour les différents participants pour mettre en exergue l’importance de la prévention, en tant que moyen efficace pour atténuer les effets néfastes de l’insuffisance rénale sur le cœur. Les accidents cardio-vasculaires constituent une cause fréquente de morbidité et de mortalité dans les pays en voie de développement.
La célébration de cette journée a aussi pour objectif d’attirer l’attention de la population concernée, des professionnels de santé et des pouvoirs publics quant à la progression inquiétante des maladies rénales et leurs conséquences inévitables pour les individus et la société. C’est ce que précise l’argumentaire de cette journée. En parallèle, des explications ont été données par des représentants du ministère de la Santé sur les modalités de prise en charge mises à la disposition des insuffisants rénaux. Ils ont rappelé, à cet effet, que leur ministère s’est engagé à assurer «une offre de soins complète aux personnes souffrant d’insuffisance rénale chronique, à développer la transplantation rénale et à mettre à niveau les unités multi-spécialités pour qu’elles soient en mesure de pratiquer ce genre d’opérations dans les différents centres hospitaliers universitaires». Des actions qui ambitionnent aussi d’entamer, dans de meilleures conditions, le programme national visant à encourager le don d’organes et s’emploient également à mettre sur pied des banques de tissus, selon la même source. Une opération qui bénéficie, au niveau de l’Oriental, du soutien du conseil régional des ouléma. «Les ouléma ont toujours été d’accord avec les prélèvements et greffes rénaux ou autres interventions médicales qui ont pour objectif de sauver des vies humaines», a expliqué à ALM Mustapha Ben Hamza, président du Conseil des ouléma de l’Oriental et chercheur universitaire, en marge de cette journée. Ceci dit, le nombre de patients hémodialysés au niveau de la province d’Oujda avoisine les 500 cas et s’élève à 9.500 au niveau national. Quant au prix à débourser pour assurer le suivi de chaque patient, il s’élève à 130.000 DH par an. Un budget qui n’et pas à la portée de tout le monde. C’est ce qui explique l’importance que revêt l’apport de certaines associations de bienfaisance qui se chargent de certains malades. «L’insuffisance rénale chronique est la douzième cause de mortalité dans le monde et la dix-septième cause de morbidité», a rapporté Noura Khanfari, médecin néphrologue à l’hôpital Al Farabi d’Oujda, lors de son intervention à cette occasion. Elle a aussi rappelé que le ministère de la Santé s’est fixé comme objectif de satisfaire la demande en dialyse, de maîtriser l’évolution de l’insuffisance rénale chronique terminale, de renforcer la prévention de la maladie rénale chronique tout en encourageant les greffes à partir de donneurs décédés.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *