La dernière ligne avant le congrès

Ce dimanche 26 mai 2002, la Jeunesse ittihadia tiendra la dernière session de son Comité central, avant la tenue de son VIème congrès national, prévue pour la fin du mois prochain.
Plus de 39 sur 75 des membres du Comité central de la JI élus, à l’issue du Vème congrès , tenu à Casablanca au début de novembre 1998, sont déterminés à rendre à leur organisation le rayonnement dont elle jouissait dans le passé auprès des masses de jeunesse.
Certes, les séquelles du passé ne sont pas toutes enterrées, particulièrement, sur le plan médiatique et au niveau de certains organes de presse. Mais, toujours est-il que du point de vue organisationnel, le mouvement de la rébellion à l’encontre de la direction de l’USFP et de son Premier secrétaire, Abderrahman Youssoufi, relève désormais du passé. Huit personnes du groupe contestataire, élues lors du dernier congrès de la JI, ont déjà rejoint le parti du Congrès national Ittihadi (CNI), de Abdelmajid Bouzoubaâ. Cinq autres personnes sont à l’étranger et le nombre des camarades de Mohamed Hafid, est, de plus en plus, réduit à un statut de minoritaire. Mais ces derniers sont toujours en possession des clés du siège central de la jeunesse. Un siège constamment fermé.
Contrairement aux débats ayant prévalu lors de la session du 6 avril dernier, les discussions du CC du 26 mai, seront essentiellement tournées vers l’avenir.
L’ordre du jour sera donc centré sur les préparatifs du prochain congrès. Au moins cinq rapports seront présentés au nom du Secrétariat national chargé des préparatifs de cet événement. Ils concernent les orientations générales, l’organisation, le secteur étudiant, l’action associative et l’amazighité, en tant que nouvelle préoccupation thématique du parti et de sa jeunesse. Ces rapports seront réévalués et enrichis à la lumière des débats du CC et des remarques et critiques exprimées au sein des commissions de coordination régionales auxquelles ont participé pas moins de 200 personnes. Cela dit, à la lumière de l’expérience précédente et conformément aux résolutions du dernier congrès de la JI, les assises du juin prochain seront appelées à confirmer les options de rajeunissement des instances de cette organisation. En principe, l’âge limite de l’adhésion à cette association sera fixé à 30 ans. Mais, au vu de certaines contraintes dues aux tractations du passé, ce seuil sera appliqué avec beaucoup de souplesse.
Toutefois, à aucun moment, le congrès n’acceptera l’accession aux nouvelles instances dirigeantes de la jeunesse, de 50% d’élus ayant plus de 30 ans. Dans le même ordre, il est prévu d’arrêter la représentativité des congressistes, devant se soumettre à la voie «électoral », dans les sections et provinces, à 1/50.
Un taux jamais atteint par les anciens congrès. Selon les prévisions du secrétariat précité, le nombre des congressistes , sera, probablement, de l’ordre de 500 à 600, dont presque 200 seront présents de manière directe, à travers les instances préparatoires du congrès.
Une page est en voie d’être tournée et le rideau séparant les jeunes Usfpeists de leur parti est en passe d’être levé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *