La manip

Notre interview publiée le 13 mars dernier par «Aujourd’hui Le Maroc» sur le projet d’impression au Maroc du quotidien «Le Monde», a éveillé, de plus en plus, nos confrères. L’hebdomadaire Maroc Hebdo International a annoncé dès le 14 mars (n° 549) l’opération, en donnant des détails. Le Monde, à partir du 14 avril sera imprimé « en format tabloïd, chez Ecoprint, l’Imprimerie de l’économiste »  
Notre confrère, très informé, ajoute « la régie publicitaire sera confiée à Mohamed Cheraï » qui table, déjà, sur une vente jusqu’à 15 000 exemplaires.
L’hebdomadaire «La Gazette du Maroc», dans son numéro (307) du 17 mars, va encore plus loin. Il titre, en premier « suite aux manquements à la déontologie, La Gazette du Maroc se retire de la Fédération des éditeurs indépendants » .
L’unique hebdomadaire du lundi, précise dans son annonce que le directeur de la publication de la Gazette du Maroc a envoyé une lettre de démission au président de la Fédération des éditeurs indépendants, ainsi que nous l’avons publiée le 18 mars. Rappelons que selon Maroc-Hebdo, l’édition française du Monde, devra consacrer, plus tard, des pages locales rédigées spécialement pour les lecteurs marocains.
Voilà donc ce qui explique la création d’une régie publicitaire ; le projet d’impression locale du Monde se transformera, très vite, en un véritable quotidien national, sans passer par les obligations d’une création nouvelle. Donc, sans notre alerte, personne n’aurait publié que le président de la Fédération nationale prévoyait d’imprimer dans ses propres installations, un journal étranger ayant prévu de se transformer en journal local avec une régie publicitaire.
Seul un ennemi délibéré du régime monarchique de notre pays -dont son correspondant a été expulsé du Maroc, et non remplacé, à ce jour – pouvait organiser une manipulation d’une personnalité respectable de la presse nationale, comme Abdelmounaïm Dilami est unanimement reconnu. Interrogé, Kamal Lahlou, directeur de la publication de la Gazette du Maroc, nous a précisé qu’il avait été révolté d’apprendre, alors qu’il séjournait à l’étranger, le projet de l’impression du Monde, dans les imprimeries de l’Economiste. D’autant plus qu’une régie publicitaire serait créée par un journal étranger – qui projetait de devenir « local » – à un moment où la crise du marché de la publicité au Maroc mettrait en difficulté toute la presse nationale. C’est exactement la conclusion de notre interview publiée le 13 mars dernier.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *