La mésaventure d’un vieux MRE

La mésaventure d’un vieux MRE

La famille de Mohammed Ammaz, un Marocain résident en France, est au bord de l’abîme. Elle ne sait plus à quel saint se vouer. Depuis le mois d’août  dernier, l’accusé, âgé de 67 ans et père de huit enfants, est écroué à la prison d’Inezgane. Il est accusé d’avoir abusé d’une une jeune fille de 13 ans. Ce MRE est également accusé de violence.
Depuis son arrestation, il clame haut et fort son innocence. Son fils Saïd récuse les accusations retenues contre son père. "Mon père est innocent.
Les charges retenues à son encontre sont dénuées de tout  fondement. Ce ne sont que des accusations mensongères.", affirme-t-il sur un ton ferme. Et d’ajouter :" nous sommes dans un état de grande souffrance. Ça fait six mois qu’il est emprisonné. On s’inquiète pour notre père car il est très malade. Il est diabétique et atteint d’hépatite C. Son état de santé s’aggrave et inspire de vives craintes. Nous avons peur de le perdre."  Le désarroi de la famille Ammaz est total. 
Installé depuis de longues années à Fréjus en France avec sa femme et ses huit enfants, Mohammed Ammaz est venu passer un séjour dans son pays natal pendant la saison estivale.
Mal lui en a pris.  Les ennuis commenceront pour lui à partir du jour où il est allé rencontrer ses anciens locataires. Profitant de sa présence au Royaume, il décide effectivement de passer voir la famille qui louait sa maison à Aït Melloul pour récupérer le montant impayé des loyers.
Selon le fils de l’accusé, ces locataires n’ont pas réglé  le loyer pendant trois années. Le litige entre les deux parties prend une toute autre tournure. Les locataires en question accuseront Mohammed Ammaz d’avoir abusé sexuellement de leur fille. Donc une affaire montée de toutes pièces pour nuire au père Ammaz ?  Les enfants de ce dernier le croient dur comme fer.
Le mis en cause sera arrêté en août dernier et incarcéré. Il devait, selon les dires de son fils, regagner la France le 2 septembre, la date indiquée sur son billet de retour. Mais le père ne  donne pas signe de vie. Inquiétude des siens.
Contactés par un membre de leur famille au Maroc, sa femme et ses enfants apprennent la mauvaise nouvelle. Elle est tombée comme un couperet. Son fils Saïd rentre en septembre 2005 au pays et tente de prouver l’innocence de son père. La police a effectué des investigations dans la région. Toutefois, ni la culpabilité ni l’innocence de l’inculpé n’ont pu être établies. Selon l’avocat de la défense, Mohammed Ammaz n’est pas encore passé en jugement, l’affaire est entre les mains du juge d’instruction. "L’enquête est toujours en cours.
L’affaire est entre les mains du juge d’instruction. Rien n’est encore définitif", indique Abdelmajid Kettani, avocat de Mohammed Ammaz. Cependant, la décision d’incarcération du père en attentant le jugement final révolte sa famille.
"L’avocat a déposé une demande de libération de mon père vu la fragilité de son état de santé et son âge, mais elle a été rejetée.", déplore un des fils de l’accusé. Effectivement, le cas de Mohammed Ammaz est trop critique pour le maintenir longtemps en détention. 

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *