La nouvelle mission de Alaoui Fdili

Le Royal Mansour Méridien de Casablanca accueille son nouveau directeur général adjoint. Abdelouahad Alaoui Fdili n’est par ailleurs pas une figure inconnue au sein de cet établissement puisqu’il y a passé presque douze années. Il a en effet intégré l’équipe de cet hôtel en 1990 en tant qu’attaché commercial.
Une fonction qu’il a d’ailleurs occupée pendant deux ans avant d’être promu en 1992 responsable des ventes avec à sa charge une équipe de cinq attachés commerciaux. Il n’a encore une fois passé que deux années à occuper ce poste. Il était désigné comme one stop shop manager durant la période 1994-1995, période durant laquelle il assurait les fonctions de gestion, de coordination et de contrôle des réservations individuelles et collectives.
Au terme de ce mandat, la direction du Méridien l’a désigné à la tête de la direction d’hébergement en charge du Yield. Il avait aussi à sa charge le service «facilitator», veillant ainsi au contrôle et à l’implémentation de la formation «commitment to excelence». L’expérience du nouveau directeur général adjoint ne se limite pas à ce niveau. Durant les huit premiers mois de l’année 2000, M. Alaloui Fdili était chargé de la mission d’expert en hébergement pour la pré-ouverture et l’ouverture d’un nouvel hôtel, classé cinq étoiles et appartenant à la chaîne Méridien. La mise en place du département recrutement figurait en outre parmi ses prérogatives.
La dernière nomination de M. Fdili vient ainsi couronner l’expérience qu’il a passée au sein du Méridien. En succédant à Nicholas Gautier, promu directeur général d’un hôtel de la chaîne, il s’occupe, entre autres, des opérations de réception, de conciergerie, de réservation, du business center, de la restauration, maintenance, de sécurité. La direction lui assigne comme principale mission de veiller à la bonne gestion du département dont il s’occupe. La maximisation du profit en fait partie, mais sans pour autant s’écarter des normes «welcome charter» mises en place par le Méridien. Cet objectif est prévu en effet à travers une augmentation graduelle du prix moyen des chambres en prenant en compte les consignes des instructions budgétaires et tout et étant sûr d’avoir le meilleur ratio de management de la ville. Une équation pas toujours facile à résoudre pour la chaîne. En témoigne notamment sa perte de la gestion de trois unités parmi les cinq qu’elle gère et qui appartiennent à KTH-KTI.
Et pour cause, selon les informations qui circulent, des performances en termes de chiffre d’affaires et de résultat d’exploitation nettement inférieures aux prévisions sur lesquelles la chaîne s’était elle-même engagé.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *