La Tunisie va engranger une récolte record de céréales

La Tunisie va engranger une récolte record de céréales

Annoncée par une saison bien arrosée, la récolte céréalière de la Tunisie devrait établir un record de 25 millions de quintaux pour 1,3 million d’hectares ensemencés selon des estimations officielles, les chiffres définitifs devant être publiés ultérieurement. La production de céréales s’était limitée à moins de 12 millions de quintaux l’an dernier, contre une moyenne de 18 millions ces dernières années pour un pays de 163.000 km2, aride pour près de la moitié. Pour la campagne qui touche à sa fin, la Tunisie table sur des résultats exceptionnels qui lui permettraient de juguler les effets pervers de la crise économique ayant induit une révision à la baisse du taux de croissance du PIB. Ce taux devrait atteindre 3,2% au lieu de 6,1% prévu en 2009, selon un rapport régional du FMI. La Tunisie et le Maroc pourraient tirer leur épingle du jeu grâce à des campagnes agricoles «exceptionnelles», avait prédit Amor Tahari présentant ce rapport en juin à Tunis. Les résultats de la campagne céréalière sont d’autant plus attendus qu’ils affectent les équilibres globaux du budget de l’état.
La flambée des prix des céréales dans le monde a alourdi cette année à 900 millions de dinars (480 M d’euros) l’enveloppe allouée à la compensation des produits alimentaires de base en Tunisie : semoule de couscous, pâtes et farines de pain. On table sur le stockage de huit millions de quintaux de blé et de trois millions de quintaux d’orge et de triticale, le total des stocks constituant près de 40% de la production, le reste étant directement utilisée par les cultivateurs. Retardataires, les grands producteurs du nord-ouest fertile poursuivent moisson et battage en août, quitte à se priver d’une prime d’encouragement à la production accordée par l’état jusqu’au 31 juillet. Des records en matière de ratios de production ont été enregistrés dans cette région avec 90 quintaux à l’hectare de blé dur et 95 quintaux à l’hectare de blé tendre.Même exceptionnelle, la récolte céréalière en cours ne couvrirait que 65% de la consommation locale estimée à 27 millions de quintaux/an et la Tunisie continuera à importer des céréales.
Des commandes ont été passées pour 92.000 tonnes de blé tendre, d’autres devraient suivre pour le blé dur et l’orge. Le gouvernement a récemment libéralisé les importations de blé fourrager et d’orge mais contrôle encore les achats de blé tendre et dur par des appels d’offres internationaux. Basée sur les céréales, l’huile d’olive, les agrumes et les dattes, l’agriculture absorbe 7% des dépenses publiques en Tunisie et contribue pour 11% à la croissance du PIB. Le secteur représente 9% des exportations de biens et emploie 22% de la population active dans ce pays de 10 millions d’habitants dont un tiers de ruraux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *