L’ambition de Habiba Laklalech

L’ambition de Habiba Laklalech

Au 12ème étage de la tour sud du Twin Center, Habiba Laklalech, fraîchement nommée directrice Unité d’affaire clients particuliers chez Méditel, contemple le monde extérieur. Souriante, affable, accueillante, elle ne manque pas de mettre son interlocuteur à l’aise avant même qu’elle ne prononce le moindre mot. Un petit bout de chou qui est néanmoins responsable de 80 % du chiffre d’affaires net de l’opérateur de téléphonie. Et elle en est fière. Ses responsabilités, planifiers, coordonner, piloter et contrôler des activités de l’unité qui regroupe quatre lignes de métiers : prépayé, postpayé particulier, services à valeur ajoutée et publiphonie.
Cette polytechnicienne de 34 ans, également lauréate de l’Ecole nationale supérieure des télécommunications de Paris, a en outre en charge trois activités support transversales : «pricing », qui s’occupe de l’analyse financière des projets de l’unité d’affaire, « projets partenaires» qui est en charge du développement du business avec les partenaires de Méditel et « Brand », activité qui s’occupe de la mise en place des stratégies et du plan d’action relatifs à la promotion de la marque Méditel. Mme Laklalech ne s’ennuie jamais, termine rarement ses journées de travail avant 20h. Sa technique ? «Une main de fer dans un gant de velours ».
Mais en évoquant sa petite famille, Meriem, Maha, ses deux petits anges et Younès, son mari, cette jeune maman, pour qui la grossesse a été un véritable épanouissement, aime se lancer des défis. Elle se réjouit en situation difficile. Les challenges, elle en relève tous les jours. « Ma fille aînée a 10 ans, soit le même âge que ma carrière professionnelle.
À l’époque, j’avais décidé de rentrer au Maroc, diplôme en poche. J’étais enceinte de plusieurs mois déjà. Après plusieurs entretiens d’embauche, j’ai reçu deux offres, de la multinationale Procter & Gamble et celle d’une banque. J’ai décliné la première pour accepter la seconde », explique Habiba Laklalech. Le ventre arrondi, cette jeune diplômée se présente à son nouveau lieu de travail. Mais deux ou trois jours plus tard, Mme Laklalech est convoquée au bureau du DRH de l’institution financière qui lui a tout bonnement demandé de quitter son poste. « M’ayant pas été clairement exprimée sur ma situation familiale qui d’ailleurs était très visible, je me suis empressée de contacter Procter & Gamble leur demandant si leur offre tenait toujours.
La réponse obtenue a enlevé toute trace de déception. Le responsable RH de la multinationale dans laquelle j’allais passer sept ans m’a répondu : "C’est un investissement à long terme que nous faisons en vous recrutant". Trois mois plus tard, je prenais mon congé de maternité», ajoute Habiba Laklalech qui, depuis, a gravi les échelons dans la direction marketing pour arriver au poste de Brand Manager responsable des marques Pampers, Always, Ace et Mr Propre.
Mais ce qui met ce jeune cadre hors d’elle, c’est « cette manière qu’ont les hommes de déclarer avec suffisance, que les postes stratégiques ne sont pas destinés aux femmes». Sa réponse : « j’y suis bien arrivée, non ? »

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *