Le Maghreb, à la veille de grandes décisions?

Le Maghreb, à la veille de grandes décisions?

Selon des sources diplomatiques françaises, une réunion extraordinaire des ministres des Affaires étrangères du «dialogue 5+5» (France, Portugal, Espagne, Malte, Italie, Maroc, Algérie, Tunisie, Mauritanie, Libye) s’est tenue, les 29 et 30 octobre au château d’Esclimont à Saint-Symphorien en Eure et Loir. Cette réunion, présidée par le chef de la diplomatie française Dominique de Villepin, est prévue conformément à la décision prise lors de la réunion annuelle des ministres des Affaires étrangères du dialogue 5+5, qui s’est tenue les 9 et 10 avril dernier à Sainte-Maxime (Sud de la France. La France «attache une grande importance à cette enceinte de dialogue politique informel, créé en 1990, puis relancé en janvier en 2001 à Lisbonne, qui se caractérise par sa cohésion géographique en permettant aux pays de la Méditerranée occidentale de se rencontrer», a souligné la source précitée. Cette réunion revêt une importance particulière pour la France et les Etats du Maghreb. En effet, ces derniers temps, la France, et derrière elle plusieurs pays européens n’ont pas cessé de perdre du terrain en Afrique et dans le monde arabe. Le Maghreb constitue de ce point de vue une zone d’intérêt de grande importance et l’une des parties du monde où la concurrence entre l’Europe et les Etats-Unis d’Amérique est intense. Les sociétés américaines, pétrolières en particulier, sont en train d’emboîter le pas aux compagnies françaises. L’entente entre l’Algérie et le Maroc pourrait dans cette optique jouer un rôle dans la préservation des intérêts français dans la région du Maghreb, étant donné que les rapports de la France avec chaque Etat maghrébin est d’ordre stratégique. L’accord de libre-échange entre le Maroc et les USA et l’infiltration progressive des investisseurs américains en Algérie sont considérés comme des signes avant-coureurs du déclin de l’influence européenne au Maghreb. A cela s’ajoute la nécessité pour ce bloc arabe et musulman de s’unir pour mieux défendre ses intérêts. Mais, force est de constater que cette unité est largement tributaire de la manière avec laquelle va se résoudre la question du Sahara marocain, car, d’un côté comme de l’autre, l’expression unitaire est inconcevable tant que ce problème perdure. Le dialogue 5+5, qui regroupe les cinq Etats du Sud de l’Europe et les cinq pays de l’Union du Maghreb Arabe, ne saurait aboutir à des résultats concrets, sans un engagement réel quant à la défense collective des intérêts des deux groupes, d’où l’importance du rôle des 5 pays de l’Europe méditerranéenne dont en premier lieu la France et l’Espagne. Or, vu sous cet angle on constate que les positions de ces deux pays divergent, notamment vis-à-vis du conflit qui oppose le Maroc à l’Algérie. Cela dit, lors de cette réunion extraordinaire, les ministres des Affaires étrangères vont évoquer à la fois les dernières évolutions régionales et internationales et leurs conséquences en Méditerranée occidentale, ainsi que les préparatifs du premier sommet des chefs d’Etat et de gouvernement du dialogue 5+5 qui se tiendra à Tunis les 5 et 6 décembre 2003.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *