Le Maroc et l’ONU signe un plan cadre quinquennal d’assistance au développement

Ce plan d’action, rendu public lors d’une "réunion stratégique conjointe" tenue à Rabat, tend à "fournir un appui soutenu et concerté à la consolidation des priorités nationales inscrites dans le cadre de l’Initiative nationale pour le développement Humain (INDH) ".

Lors de cette réunion, certains organismes et agences de l’ONU ont annoncé les budgets estimatifs réguliers qu’ils ont consacrés au financement de ce plan quinquennal. Il s’agit du Bureau international du Travail (BIT) qui prévoit la mobilisation d’un budget de 10 millions de dollars, du Fonds des Nations unies pour la Population "UNFPA" (8 millions), l’UNICEF (6,7 millions), le PNUD (5,6 millions) et l’OMS (2 millions).

Lors de cette réunion, le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, M. Omar Hilale, a annoncé la mise en place d’un comité de pilotage élargi UNDAF. Ce comité, qui sera établi pour cinq ans, a pour mission d’assurer le suivi de la mise en oeuvre et l’évaluation du Plan cadre. Prochainement, une rencontre se tiendra pour examiner tous les aspects relatifs à sa composition, à son mandat et à son fonctionnement.

Pour M. Hilale, le plan-cadre vient consolider les priorités nationales inscrites dans le cadre de l’INDH, ce qui ouvrira la voie à la réalisation des objectifs fixés.

L’objectif du plan, préparé en étroite collaboration entre les deux parties, est d’approfondir la réflexion sur les grands problèmes de développement parmi les partenaires, sur la base d’une analyse et d’une compréhension commune de la situation du développement du pays et d’une démarche axée sur les besoins effectifs de la population.

Le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la coopération a exprimé sa satisfaction quant aux "perspectives prometteuses" du Bilan commun de pays et de l’UNDAF, qui servent, a-t-il dit, de "puissants instruments de renforcement de la coordination et de la cohérence des agences du système ONU".

De son côté, le coordinateur résidant du Système des Nations Unies au Maroc, M. Emmanuel Dierckx de Casterlé, a souligné que ce plan intégré exprime l’engagement des agences, fonds et programmes de l’ONU à coopérer dans le sens d’un appui renforcé aux priorités nationales, en premier lieu l’INDH.

Les priorités dégagées par ce programme de coopération ambitieux, a-t-il noté, sont "de la plus haute importance" qui permet d’articuler de manière harmonisée le programme et interventions des agences, fonds et programmes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *