Le MP et le MNP sur la voie de l’unité

Après la réunion du 7 juillet dernier entre les dirigeants du Mouvement populaire (MP) et du Mouvement national populaire (MNP) qui s’est distinguée par l’annonce de la réconciliation stratégique entre les deux partis, voilà que ces mêmes dirigeants passent à l’action.
Cette nouvelle initiative a été précédée par des réunions des députés des deux formations.
Le 5 octobre, les élus du MP et du MNP ont rendu publique une déclaration dans laquelle ils font part de leur décision de constituer, en commun, un groupe parlementaire. Les députés de ces deux partis ont également annoncé, à l’issue de leur rencontre, tenue vendredi dernier à Rabat, de poursuivre les concertations et la coordination aussi bien à l’intérieur qu’à l’extérieur du Parlement en vue de « la réalisation de l’objectif stratégique qui vise l’unification de la famille populaire, laquelle dispose des mêmes origines et référents et de valeurs communes ».
Sachant que l’unité fait la force, les signataires du communiqué justifient le recours à cette initiative par la conscience des militants de la solidité de leurs sentiments d’appartenance et du poids politique de la famille populaire sur l’échiquier politique national ». Le Mouvement national populair qui participe au gouvernement sortant, a acquis 18 sièges lors des élections législatives du 27 septembre 2002, alors que ses alliés dirigés par Mohand Laenser, qui font partie de la coalition du Wifaq, ont eu plus de chances en emportant 27 sièges. En termes de calculs politiques, cette alliance va permettre aux deux composantes de la mouvance populaire (45 sièges) de tirer profit de tous les acquis dont elles disposent, en tant que « troisième force » politique au Maroc, après l’USFP (50 sièges) et l’Istiqlal (48 sièges). Et si les autres formations de cette mouvance, en l’occurrence l’Union démocratique (UD) de Bouazza Ikken (avec ses 10 députés) et le Mouvement démocratique et social (MDS) de Mahmoud Archane (ayant 7 élus) décident d’intégrer cette coalition, celle-ci comptera dans ses rangs 62 députés. Un nombre qui lui permettra de peser lourd sur la configuration des nouveaux appareils législatifs et exécutifs du pays.
Mais jusqu’à présent et à la lumière de certains signaux comme celui de l’audience accordée par S.M. le Roi aux deux dirigeants du MNP et du MP, il y a lieu de conclure que la composition quadripartite de cette mouvance est à inscrire dans les moyen et long termes, non pour aujourd’hui. D’ailleurs, les propos de MM. Aherdan et Laenser donnent l’impression que cette alliance n’est pas encore mise totalement au point. Alors que le chef du MNP parle déjà de la participation au gouvernement prochain et de la fusion entre ces deux partis, le secrétaire général du MP laisse entendre qu’il y a encore des choses à régler avant de clore ce dossier. Ceci dit, il n’en demeure pas moins important de rappeler que par cette mesure d’alliance, les deux formations se placent dans une situation confortable qui leur permet de peser sur l’échiquier politique du pays.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *