Le pèlerinage à la Mecque suspendu pour les Tunisiens

Le pèlerinage à la Mecque suspendu pour les Tunisiens

La Tunisie a annoncé mardi que le Haj annuel des musulmans à la Mecque avait été suspendu en raison de risques de propagation de la grippe H1N1 et de l’impossibilité de vacciner à temps les candidats au pèlerinage prévu vers la mi-novembre. Le ministre des Affaires religieuses Boubaker Akhzouri a indiqué que le pèlerinage avait du être «reporté» pour «préserver la vie humaine».Les lots de vaccins commandés ne devraient pas être disponibles avant fin octobre alors que les autorités saoudiennes ne délivrent le visa du Hajj que deux semaines après l’immunisation des fidèles candidats au pèlerinage, a-t-il expliqué.Il a affirmé qu’au regard de l’islam «la capacité physique et matérielle» est une condition à l’accomplissement des rites du Hajj, ajoutant que la préservation de la vie est un «précepte fondateur» de la religion musulmane.
«Nul ne peut prétendre que notre pays met des obstacles devant la pratique de l’Islam», a-t-il averti. Cette décision sans précédent dans l’histoire de la Tunisie concernerait quelque 10.000 Tunisiens qui se rendent annuellement à ce grand rassemblement en Arabie Saoudite.Les autorités tunisiennes avaient d’abord durci les critères de sélection au départ, autorisant le déplacement de 6.400 candidats jugés aptes, 3.000 autres fidèles ayant renoncé volontairement à aller à la Mecque. Début juillet, le gouvernement avait suspendu la Omra, petit pèlerinage accompli généralement durant le mois de jeûne du Ramadan et auquel sacrifient habituellement près de 30.000 Tunisiens.La Omra n’est pas obligatoire au regard de la religion, contrairement au Hajj, un des cinq piliers de l’islam que tout musulman nanti doit accomplir une fois au moins dans sa vie. Le ministre des Affaires religieuses a en outre indiqué que le gouvernement étudiait les moyens de compenser les pertes causées aux agences de voyage spécialisées dans l’organisation du Hajj.
La grippe H1N1 a tué plus de 4.100 personnes dans 191 pays et territoires depuis l’apparition du nouveau virus en mars, selon le dernier bilan de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) qui a mis en garde contre une explosion de la maladie dans les pays pauvres.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *