Le sida fait des ravages

Le constat est alarmant. 55 millions d’Africains mourront prématurément à cause du sida d’ici à 2020. Ce chiffre vient d’être annoncé par l’Onusida dans son rapport 2002.
L’espérance de vie en Afrique est tombée à 47 ans en moyenne, et même à moins de 40 ans au Botswana, alors que sans le sida elle serait de 62 ans, selon l’agence des nations unies.
L’Afrique subsaharienne reste la région la plus touchée du monde par le sida, et « même si des programmes exceptionnellement efficaces de prévention et de traitement démarrent immédiatement, le retentissement de l’épidémie restera colossal pendant plusieurs générations au niveau humain et socio-économique », selon l’onusida.
En Afrique du sud, le nombre des décès dus au sida parmi les jeunes adultes de 15 à 34 ans sera 17 fois plus élevé qu’il ne l’aurait été en l’absence du sida dans la période allant de 2010 à 2015. Un Sud-africain sur neuf, environ 5 millions, est infecté ou déjà malade. Au moins 10 % des personnes entre 15 et 49 ans sont infectées dans 12 pays africains. Dans sept pays, tous situés en Afrique australe, les taux de prévalence sont supérieurs à 20 % : l’Afrique du sud ( 20,1% ), le Botswana (38,8 %), le Lesotho (31%), la Namibie (22,5 %), le Swaziland (33,4 %), la Zambie (21,5 %) et le Zimbabwe (33,7 %). En Afrique occidentale et centrale, de nouvelles données confirment la rapidité avec laquelle l’épidémie peut exploser. Ainsi au Cameroun, près de 12 % des adultes sont infectés alors que ce pourcentage était resté relativement faible entre 1988 et 1996 (2 % à 4,7 %). Le Nigeria, le pays le plus peuplé d’Afrique (117 millions d’habitants), compte déjà 3,5 millions d’habitants infectés ou malades du sida. Récemment encore, au niveau national les taux d’infection étaient relativement faibles, 1,9 % en 1993 à 5,8 % en 2001, mais dans certains états nigérians, l’infection rejoint les niveaux élevés observés au Cameroun. L’Ouganda reste le seul pays à avoir maîtrisé une épidémie majeure : le pourcentage d’adultes porteurs du VIH continue à baisser, de 8,3 % à la fin de 1999 à 5 % fin 2001. La Zambie pourrait parvenir à égaler ses succès, mais 21,5 % des adultes y sont déjà infectés.
Les conflits favorisent aussi la propagation du virus, rappelle enfin l’onusida.
Dans le monde, 40 millions, soit 37,1 millions adultes de 15 à 49 ans, dont 18,5 millions de femmes, et 3 millions d’enfants de moins de 15 ans sont affectés par cette épidémie. Au niveau régional, l’Afrique sub-saharienne, 28.500.000 l’Afrique du nord et Moyen-orient, 500.000 l’Amérique latine, 1.500.000, les Caraïbes, 420.000, l’Amérique du nord, 950.000, l’Europe de l’ouest, 550.000, l’Europe orientale et l’Asie centrale, 1.000.000, l’Asie de l’est et pacifique, 1.000.000 l’Asie du sud et du sud-est, 5.600.000, l’Europe occidentale, 8.000, l’Europe orientale et l’Asie centrale, 23.000, l’Asie de l’est et pacifique, 35.000, l’Asie du sud et du sud-est, 400.000 et dans l’Australie et Nouvelle-Zélande, moins d’une centaine.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *