L’épargne et la gestion des ressources humaines

Pour les directeurs des Ressources humaines (DRH), l’épargne salariale constitue un outil reconnu et performant de la politique sociale de l’entreprise. En effet, elle offre la possibilité d’associer les salariés à la croissance de l’entreprise, tout en leur donnant la possibilité de se constituer une épargne pour préparer leurs projets à court ou moyen terme, ou même leur retraite. L’intérêt propre de cet outil est le cadre fiscal et social avantageux, tant pour l’entreprise que pour le salarié. Elle est accessible à tous les salariés et à certains mandataires sociaux et dirigeants d’entreprises de 1 à 100 salariés ainsi qu’à leurs conjoints collaborateurs et leurs conjoints associés. Les nombreux modes d’alimentation en font un outil d’épargne fortement apprécié des salariés.
Aujourd’hui, partout dans le monde, les grandes entreprises sont de plus en plus nombreuses à élaborer des programmes d’épargne salariale. Plusieurs sociétés marocaines ont déjà implanté au sein de leurs structures une politique d’épargne salariale. «En dehors des systèmes de financement des retraites, qui présentent certains aspects similaires, il faut dire que dans l’état actuel des choses, il est plus facile d’instaurer une politique d’épargne salariale, dans son concept le plus étendu, dans une entreprise privée que dans un établissement public. Mais il faut souligner que le principe reste valable à quelques différences près dans les deux cas», explique Mustapha El Omari, directeur des Ressources humaines de la CNSS. Les directions générales sont actuellement conscientes de la nécessité d’une telle démarche, vu qu’elle permet de fidéliser les salariés, que se soit pour les grands cadres ou pour les simples employés.
«Les salariés, à travers l’épargne, se sentent plus confiants dans l’avenir et constituent une épargne qui représente pour eux une sécurité complémentaire avec une contribution de l’entreprise (qui peut d’ailleurs prendre plusieurs formes) et des avantages fiscaux et sociaux,» souligne M. El Omari. L’épargne salariale et l’épargne retraite recouvrent des problématiques stratégiques, à certains égards uniques et en tout cas plurielles.
Articuler un dispositif d’épargne salariale ou de retraite complet, en maîtriser toutes les composantes, quelles soient financières, sociales, culturelles, environnementales ou organisationnelles nécessite une conjugaison harmonieuse et adaptée à chaque cas d’expertise spécifique.
La mission du DRH consiste à trouver des solutions en prenant en considération ses aspirations, ses besoins et contraintes et ceux de la direction financière, des collaborateurs et de leurs représentants.
En résumé, le dirigeant, ou son DRH, devra gérer dans l’entreprise des attentes individuelles émanant – à l’origine – des catégories sociales dominantes, dans une obligation de gestion collective via des organisations idéologiquement réfractaires aux produits demandés par leurs bases.
«En général, l’épargne salariale se fait par voie d’accord entre l’employeur et les syndicats représentatifs. La mise en place de l’épargne n’est pas réservée aux seules grandes entreprises, mais c’est valable aussi pour les PME et les groupements des PME,» affirme Mustapha El Omari. Au Maroc, les produits d’épargne contre les aléas de la vie ne manquent pas. Des plans retraite aux différents produits d’assurance décès, en passant par les différentes formules d’assurance contre les coups durs de la vie (accidents et problèmes de santé), l’usager n’a que l’embarras du choix face à l’offre abondante des compagnies d’assurances.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *