Les Marocaines sous-représentées au Parlement

Les Marocaines sous-représentées au Parlement

Les femmes continuent d’être sous-représentées dans les Parlements. Elles ne représentent que 19,5% des parlementaires dans le monde en 2011. Autrement dit, moins d’un parlementaire sur cinq est une femme. C’est ce qu’indique le rapport de l’Union interparlementaire (UIP) sur «les femmes au Parlement en 2011». Des chiffres préoccupants qui montrent que la parité entre les deux sexes n’est pas pour demain. Au Maroc, la mise en place de quotas s’est traduite par une augmentation du nombre de femmes parlementaires. A l’issue des élections de 2011, elles représentaient 16,7% dans la Chambre des représentants, soit une progression de 6 points de pourcentage par rapport à l’élection précédente. «Ce résultat est largement dû au quota mis en place : 60 sièges réservés aux femmes et 30 aux candidats de moins de 40 ans, conformément à une loi promulguée par le Conseil des ministres le 9 septembre 2011. Le Maroc se classe maintenant parmi les cinq premiers pays dans la région arabe», note le rapport. La région arabe reste à la traîne avec une moyenne de 10,7%. A ce sujet, le document souligne que «malgré un début d’année prometteur, la région arabe reste la seule au monde dont aucun Parlement ne comporte un minimum de 30% de femmes». L’Union relève des reculs très nets dans des pays comme l’Égypte, le Pérou, les Emirats Arabes Unis, l’Estonie, la Zambie et Chypre, qui ont enregistré les plus forts reculs de la représentation féminine. A l’issue des élections tenues récemment en Égypte, le pourcentage de femmes parlementaires est passé de 12,7% à un peu moins de 2%. Dix femmes seulement siègent au Parlement, sur un total de 508 sièges. Cela dit, l’étude en question met en relief plusieurs succès tels que l’amélioration spectaculaire de la représentation politique des femmes dans de nombreux pays après les élections tenues en 2011, notamment au Nicaragua, aux Seychelles, en Slovénie, en Andorre et à Sainte-Lucie. Le nombre de Chambres basses comptant plus de 30% de femmes est passé de 25 à 30, et une tendance similaire se manifeste dans les Chambres hautes. Le nombre de Chambres parlementaires sans aucune femme a chuté à sept. L’UIP estime que les partis politiques ont un rôle clé à jouer en aidant davantage de femmes à se présenter aux élections. «En instituant la parité sur les listes de candidats et en attribuant davantage de sièges gagnables aux femmes, ils rétabliraient l’égalité des chances pour tous les candidats», souligne l’Union. Selon l’UIP, tant que cette volonté ne sera pas concrétisée, les quotas restent la solution la plus efficace pour accroître la présence des femmes. Sur les 59 pays qui ont tenu des élections en 2011, 17 appliquaient des quotas légaux. Les femmes y ont conquis 27,4% de sièges parlementaires, contre 15,7% dans les pays dépourvus de toute forme de quotas.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *