Les questions de l’enfance à Fès

M. Lahoucine Tijani, wali de la région de Fès-Boulemane a appelé à l’élaboration d’une stratégie globale visant l’éradication des problèmes que connaît l’enfance de Fès notamment les enfants de la rue et les enfants abandonnés et autres phénomènes sociaux. Lors d’une réunion tenue mercredi, consacrée à l’examen des dispositions à prendre pour l’amélioration des conditions de vie des personnes démunies, le wali a souligné la nécessité pour les parties concernées (autorités locales, élus, et société civile) de multiplier les efforts en vue d’adopter une stratégie précise et concertée prenant en considération les besoins urgents de cette catégorie sociale. M. Tijani a affirmé que cette rencontre vise particulièrement l’instauration d’un dialogue franc et constructif entre les différents intervenants dans ce domaine et ce dans la perspective de la réalisation d’une conception adéquate pour la mise en oeuvre d’une stratégie efficiente en vue de l’éradication des phénomènes sociaux relatifs aux enfants de la rue, aux enfants abandonnés et à la mendicité à Fès. Le wali a par la suite loué les initiatives humanitaires et caritatives qu’entreprennent notamment les mécènes dans ce domaine, exaltant à cet égard le rôle de la Fondation Mohammed V pour la solidarité. Il a de même émis le voeu de voir la création de plusieurs centres relevant de cette fondation à l’échelon régional. M. Abdellah Amimi, gouverneur de la préfecture Zouagha-Moulay Yaacoub a souligné, de son côté, que la lutte contre le phénomène des enfants de la rue et des enfants abandonnés interpelle à davantage d’implication et à l’intensification des efforts de toutes les composantes de la société. M. Amimi a aussi appelé à l’adoptation d’une stratégie pragmatique et opérationnelle visant l’atténuation des phénomènes sociaux qui portent préjudice à l’image de marque de la capitale spirituelle. Les autres intervenants ont insisté sur l’importance de l’amélioration des conditions de vie des personnes démunies, au renforcement de la lutte contre le phénomène de la mendicité en y associant toutes les bonnes volontés et la création de micro-projets pour absorber la main d’oeuvre non qualifiée. Ils ont de même appelé à la création d’une nouvelle philosophie de solidarité sociale au niveau local et régional.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *