Libye : Le régime prêt au dialogue sous condition

Libye : Le régime prêt au dialogue sous condition

Le régime de Mouammar Kadhafi s’est dit prêt au dialogue à condition que la rébellion dépose les armes, au moment où les insurgés appelaient à de nouvelles frappes de l’Otan pour tenter de briser le siège de la ville de Misrata (ouest) par les troupes loyalistes. «Ils (les rebelles) doivent déposer les armes. Ils pourront par la suite participer au processus politique», a déclaré le vice-ministre des Affaires étrangères Khaled Kaïm mardi soir.  Tout en soulignant que le Conseil national de transition (CNT) formé par la rébellion «ne représente pas la base populaire en Libye», il a expliqué qu’«il y aurait des garanties pour tout processus politique par le biais d’observateurs de l’Union africaine (UA) et de l’ONU capables de dissiper tout doute». Le prochain comité de l’UA sur la crise aura lieu en Libye «au cours de la semaine prochaine», a-t-il précisé. Au même moment, le chef militaire de la rébellion, le général Abdel Fattah Younés, a accusé l’Otan de «laisser mourir les habitants de Misrata», une ville située à l’est de Tripoli soumise à des bombardements des pro-Kadhafi depuis plus de 40 jours. «Si l’Otan attend encore une semaine de plus, ce sera la fin de Misrata», a-t-il dit. Selon cet ancien ministre de l’Intérieur du régime, rallié à la rébellion en février, les habitants de Misrata sont menacés «d’extermination au vrai sens du terme». «L’eau y est coupée, il n’y a plus d’électricité ou de produits alimentaires, il n’y pas plus de lait pour enfants depuis 40 jours, alors que les forces de Kadhafi bombardent tous les jours maisons, mosquées et hôpitaux à l’artillerie lourde», a-t-il ajouté. Ces accusations d’une virulence sans précédent sont intervenues quelques heures après que l’Alliance atlantique, qui a pris le commandement des opérations militaires le 31 mars, a annoncé avoir fait de la défense de Misrata sa «priorité numéro un» et avoir mené, lundi 14 des bombardements dans la région, y compris sur des défenses antiaériennes et des blindés des forces pro-Kadhafi. Mercredi, l’Otan a affirmé qu’elle allait «tout faire pour protéger les civils» de Misrata. A l’autre bout du pays, des bombardements se poursuivaient, mercredi matin, près du site pétrolier de Brega (800 km à l’est de Tripoli), à environ 40 kilomètres d’Ajdabiya, selon les rebelles. Les journalistes et les civils ne pouvaient pas se rendre sur place. Pour le moment, «il n’y a pas de combats, seulement des pilonnages de part et d’autre», a déclaré Sherif Mohammad, un ancien soldat ayant rejoint la rébellion, à un point de contrôle de la ville. «Nous arrêtons les jeunes qui viennent avec des armes. Qu’est-ce qu’ils vont pouvoir faire contre les tirs d’obus?». «C’était beaucoup mieux quand les Etats-Unis et la France (étaient en charge des opérations). Ils ont bombardé les forces pro-Kadhafi. L’Otan ne fait que survoler la zone», a dénoncé, de son côté, Khaled Saleh, un ancien soldat également devenu rebelle. Mardi, sur le front de Brega, les insurgés avaient reculé d’une trentaine de km vers l’est face aux coups de boutoir de l’armée loyaliste, selon un journaliste de l’AFP. Mais pour Moustafa Gheriani, un porte-parole du CNT, «le peuple vaincra (…) Nous sommes déterminés à combattre ce tyran, soit on le chassera, soit il dirigera un pays vide», a-t-il ajouté. Le diplomate Chris Stevens, émissaire des États-Unis auprès de la rébellion, a entamé des consultations avec le CNT à Benghazi, fief de la rébellion dans l’Est. Les Etats-Unis réfléchissent à la possibilité de reconnaître le Conseil comme interlocuteur légitime, comme l’ont fait la France, le Qatar et l’Italie. Le ministre français des Affaires étrangères, Alain Juppé, a précisé que la prochaine réunion du Groupe de contact sur la Libye, créé à Londres il y a une semaine, se réunirait «peut-être le 12 ou 13 avril au Qatar». Le régime libyen, cible depuis le 15 février d’une révolte populaire qui s’est transformée en guerre civile, a nommé mardi soir le vice-ministre des Affaires européennes, Abdelati Obeidi, au poste de chef de la diplomatie, après la défection de Moussa Koussa. Sur le plan économique, un pétrolier a accosté à Tobrouk, dans l’est du pays, où il doit charger mercredi la première cargaison de pétrole effectuée par la rébellion depuis l’arrêt total des exportations du pays. Le pétrole doit permettre de financer l’insurrection.

  Joseph Krauss (AFP)

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *