L’Initiative de Genève passe par Rabat

L’Initiative de Genève passe par Rabat

Les principaux artisans de l’Initiative de Genève sont depuis hier en visite au Maroc où ils devaient être reçus en audience par Sa Majesté le Roi Mohammed VI. L’ex-ministre palestinien Yasser Abed Rabbo et l’ancien ministre israélien de la Justice, Yossi Beilin, sont arrivés au Royaume à la tête d’une délégation composée notamment de Farès Kaddoura, membre du gouvernement palestinien, et Amram Mitsinaa, ex-président du Parti travailliste. Cette visite constitue la première que les parrains de l’Initiative de Genève effectuent dans un pays arabe. Un geste très significatif et qui illustre l’importance du rôle joué par le Maroc dans le processus de paix entre Palestiniens et Israéliens. Rappelons que SM le Roi avait adressé un message aux participants à la réunion consacrée à la signature, le premier décembre, de « l’Accord de Genève ». Le message royal, qui avait été lu par le Conseiller de SM le Roi, André Azoulay, a salué l’initiative indiquant qu’elle a ravivé l’espoir ne l’instauration de la paix dans la région du Proche-Orient. « Il m’est agréable d’adresser mes salutations et l’expression de ma considération à tous ceux, Palestiniens et Israéliens, qui ont contribué à cet effort appréciable pour l’élaboration et la formulation de « l’Accord de Genève », qui a de nouveau ravivé l’espoir en l’instauration de la paix dans la région du Proche-Orient, après que le désespoir ait gagné les esprits, non seulement dans la région, mais également chez tous ceux qui sont épris de paix dans le monde, à la suite de la dégradation de la situation dans les territoires palestiniens occupés », avait dit SM le Roi. Cette félicitation adressée par le Souverain aux artisans de l’initiative a eu un très fort impact. « Vous avez, ainsi, adressé au monde entier un message civilisé, disant tout haut que la paix n’est pas si lointaine dès lors que les intentions sont bonnes, que la volonté de dialogue est sincère, et que se conjuguent les efforts pour faire prévaloir les vertus de la tolérance et de la cohabitation sur les démons de la violence et du terrorisme », avait affirmé le Souverain en s’adressant aux protagonistes de l’initiative. SM le Roi, président du Comité Al Qods, a joué, depuis son intronisation, un rôle principal dans le rapprochement entre les deux peuples palestinien et israélien oeuvrant ainsi pour la paix dans cette région du monde où le Maroc s’est efforcé durant quatre décennies à aider les deux parties à s’engager dans la voie de la négociation. Un rôle qui a d’ailleurs été rappelé par le Souverain dans le message qu’il avait adressé aux signataires de l’accord de Genève. « Le Maroc, qui a voué son action et son énergie, quatre décennies durant, au service de la paix dans la région du Proche-Orient, ne ménagera aucun effort pour parvenir à ce noble objectif, étant convaincu que la paix établie est dans l’intérêt de tous les peuples de la région, en particulier les générations montantes, qui sont en droit de jouir d’un avenir meilleur leur permettant de vivre en bonne intelligence et de dépasser les drames et les rancoeurs persistantes vécus par les générations antérieures », avait rappelé SM le Roi. La visite au Maroc et le fait d’être reçus en audience par SM le Roi sont d’une grande importance pour les artisans de l’Initiative de Genève d’où leur décision d’entamer leur tournée dans le monde arabe par ce pays. Il est à signaler que le nouveau pacte signé à Genève a eu le mérite d’affronter des questions très sensibles et des sujets tabous et se veut une alternative à la feuille de route qui a eu du mal à s’imposer en tant que plan de négociations capable de mener les deux parties vers des accords de paix. Le plan mis au point prévoit des mesures aussi douloureuses pour Israël que le démantèlement des grandes colonies de peuplement tandis que les Palestiniens auraient de leur côté renoncé à insister sur le droit au retour des 3,6 millions de réfugiés de la guerre de 1948. Enfin, émanant d’un pays bénéficiant de la crédibilité et de l’estime de la part de tous les partenaires du processus de paix, le soutien du Maroc devrait avoir un impact positif sur cette initiative et permettra de l’ériger en une alternative de la feuille de route.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *