«L’IRCAM n’est inféodé à personne»

ALM : Comment qualifiez-vous la réalisation d’un manuel scolaire amazigh ?
Ahmed Boukous : La réalisation du manuel Tifawin a tamazigh (Bonjour tamazighte) est un événement historique qu’il convient de saluer à sa juste mesure. C’est en effet la première fois dans l’histoire de l’éducation au Maroc qu’un ouvrage d’enseignement de l’amazigh est adressé à des enfants marocains de langue maternelle amazigh et arabe. Ce manuel est destiné à l’apprentissage de la lecture et de l’écriture. Il comprend aussi des textes relatifs à la culture amazigh, notamment des contes, des comptines et des devinettes. Sa principale originalité est qu’il est entièrement rédigé en tifinaghe, graphie officielle de l’amazigh, et réalisé dans le cadre d’une approche pédagogique novatrice. Il est élaboré par une équipe mixte comprenant des chercheurs de l’Institut royal de la culture amazigh (IRCAM) et des experts du ministère de l’Education Nationale et de la Jeunesse selon les prescriptions pédagogiques et techniques stipulées dans le cahier des charges concernant la confection du manuel scolaire en général.
Concrètement, qu’est-ce qui va changer avec la publication de ce manuel ?
Beaucoup de choses vont changer et dans le bon sens. En effet, c’est la première fois que l’élève va aborder l’amazigh dans sa maternelle et dans sa culture première. Cela est très important car, en rentrant pour la première à l’école, il va être accueilli dans sa langue maternelle dans un environnement nouveau pour lui. Par le moyen de cette langue, il va recevoir les enseignements fondamentaux qui vont déterminer sa trajectoire scolaire et plus tard sociale.
Son équilibre psycho-affectif et ses capacités cognitives n’en seront que plus affermis. En outre, l’enseignement de l’amazigh va permettre à la langue et à la culture amazighes de se développer et de se moderniser afin de faire face aux nécessités de l’éducation formelle, de la communication et de la création dans monde sans cesse changeant et par surcroît menacé par le processus d’uniformisation qu’impose la mondialisation des échanges.
Quelle est la politique éditoriale de l’IRCAM dans la perspective de l’accomplissement de la langue amazigh ?
L’IRCAM a effectivement une politique éditoriale mûrement réfléchie. Elle vise à faire connaître la langue et la culture amazighes par le moyen du livre, à encourager la recherche publiée sur l’amazigh et, surtout, à produire des outils pédagogiques destinés les uns à l’enfant et les autres à l’adulte. C’est ainsi que l’IRCAM a déjà réalisé le manuel scolaire, Tirra, un ouvrage sur l’origine de l’écriture amazigh. D’autres supports didactiques, notamment des contes, des comptines, une BD, un dictionnaire imagier vont bientôt voir le jour. En outre, des ouvrages consacrés à l’histoire, à la langue, à la culture et à la société sont en voie de réalisation.
Enfin, il est incontestable que la politique éditoriale de l’Institut va contribuer à la mise à niveau de l’amazigh et à son accomplissement en tant que langue à part entière. Ceci va sans aucun doute enrichir le paysage éditorial marocain et affirmer le caractère pluriel de notre culture pour l’enrichissement de notre société et de notre pays.
Au moment où la Kabylie vit une crise identitaire violente, pensez-vous que l’IRCAM soit de nature à calmer les appréhensions des activistes amazighes ?
Les termes dans lesquels se pose la revendication identitaire chez nous sont différents. En effet, au Maroc la création de l’IRCAM s’inscrit dans une stratégie claire énoncée dans le discours royal d’Ajdir et confirmée dans le dahir créant et organisant cette institution. Il s’agit d’une institution qui a une place définie dans un projet de société démocratique et moderniste dans la mesure où la création d’une institution dévolue à l’amazigh est un signe de reconnaissance des droits linguistiques et culturels amazighes. Un gage dans la voie de la constitution d’un Etat de droit qui reconnaît la pluralité culturelle et linguistique de notre société. Cette reconnaissance est à mon sens une chance historique qui est offerte aux Imazighens et à tous les citoyens marocains pour valoriser la langue et la culture amazighes en tant que composantes de la culture nationale. Ignorer ce fait ou combattre l’IRCAM revient à faire objectivement le jeu des adversaires de l’amazighité dans notre pays. En ce moment où l’intolérance menace notre intégrité, notre devoir est de nous unir pour bâtir ensemble un rempart face aux intégrismes. Ce rempart est fondé sur la démocratie, la modernité et le développement. Voilà les véritables enjeux.
Pourtant, certains activistes amazighs ne sont pas satisfaits des mesures prises pour la reconnaissance de l’amazigh. Comment réagit l’IRCAM à leurs propos ?
Encore une fois, l’IRCAM est une institution nationale dotée de la pleine capacité juridique. Il a des instances qui fonctionnent selon les normes de la gestion moderne. Il élabore ses plans d’action en toute autonomie. Il n’est donc inféodé à aucune partie.
Chose aussi importante : de nombreuses personnes travaillant à l’IRCAM sont également des militants du mouvement associatif. Il ne doit pas y avoir de rupture entre ce mouvement et l’IRCAM. Il doit y avoir au contraire bonne intelligence et coopération avec les associations. D’ailleurs, beaucoup ont répondu à l’appel de l’IRCAM pour travailler en partenariat sur des actions précises, notamment la collecte des matériaux linguistiques et culturels, la formation en langue et culture amazighes, l’enseignement de l’amazigh, l’organisation de cours d’alphabétisation et la publication des actes des colloques organisés par les associations. Un principe fondamental anime nos rapports avec le mouvement associatif : la coopération dans l’indépendance.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *