Lutte contre le cancer : Ces maisons où l on redonne goût à la vie

Lutte contre le cancer : Ces maisons où l on redonne goût à la vie

Maisons de vie, c’est la dénomination que l’Association Lalla Salma de lutte contre le cancer (ALSC) donne à des foyers d’hébergement des patients démunis atteints de cancer. Le traitement étant souvent long et la capacité litière des hôpitaux réduite, une grande partie des personnes cancéreuses étaient contraintes dans le passé d’abandonner leur traitement et «retourner mourir chez elles». Aujourd’hui, pour éviter ces drames, l’ALSC prévoit de mettre en place à proximité de chaque centre oncologique une maison de vie.
«La première Maison de vie au Maroc a ouvert ses portes à Casablanca le 21 juin 2007. Actuellement, il en existe à Fès, Marrakech et Tanger.  Nous prévoyons une ouverture très prochaine d’une nouvelle Maison de vie pour enfants», note Adnane Brahim, directeur de la maison de vie de Casablanca. Cette dernière dispose de 40 lits et connaît un flux important de bénéficiaires. Elle a accueilli en 2011 pas moins de 1.280 personnes dont 876 atteintes de cancer. «Durant les huit premiers mois de 2012, nous avons atteint un taux d’occupation de 80%», ajoute la même source.
La construction de ces maisons de vie s’est imposée comme nécessité afin de lutter contre l’abandon du traitement ambulatoire et permet aux personnes cancéreuses, généralement accompagnées par un membre de leur famille, de meilleures conditions de soins. «Nous accueillons tout le monde, toutes nationalités confondues, à condition que le bénéficiaire soit indigent et qu’il n’habite pas la ville où il suit son traitement», précise Kamal Brahim.
En effet, ces maisons de vie ont pour premier but d’héberger les patients et leurs familles durant toute la période du traitement ambulatoire. Le patient est totalement pris en charge et son transport à l’hôpital est également assuré par la maison de vie. Les patients y disposent d’un suivi médical régulier. «Nous avons ici des femmes abandonnées par leurs maris et d’autres sans parents proches. Nous essayons de leur apporter le soutien moral nécessaire», précise le directeur de cette maison. Pour ce faire, il faut dire que les efforts ne sont pas ménagés. La Maison de vie accueille des psychologues périodiquement et organise des festivités afin d’égayer la vie au foyer. «Tous les mercredis nous recevons une équipe de L’Oréal qui s’occupe des femmes lesquelles représentent environ 70% de nos bénéficiaires, et font tout peur leur rendre la vie plus agréable».
Tout se fait pour que ces «résidents» se sentent chez eux. «Il est important que les patients ne se sentent pas comme une charge. Tout doit se faire pour préserver leur dignité.  Nous leur avons dans ce sens exigé une somme symbolique de 15 DH afin qu’ils se sentent impliqués», explique la même source.
Aujourd’hui, en plus des maisons de vie existantes, deux autres à Safi et Meknès verront le jour très prochainement. De plus en plus de bénévoles rejoignent les équipes des maisons de vie et s’engagent à assurer ne serait-ce que des bribes de bonheur à ces personnes pleines de vie bien que souffrantes.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *