Maillage ouvre un bureau de vote

«Les jeunes ne votent pas, parfois juste par timidité. Ils nous ont confié, à plusieurs reprises, qu’ils n’osent pas rentrer dans un bureau de vote où tout leur semble étranger à leurs habitudes».  Pour Ahmed Ghayet, le président du réseau Maillage, il n’y a pas que la sensibilisation au droit de vote qui prime. Il faut y ajouter une bonne dose de «terrain» pour qu’il ne manque rien au puzzle. Alors, bien avant les élections, autant se mettre dans le bain et en simuler le déroulement. C’est ce compte mettre au point le réseau des associations Maillage le samedi 7 avril. A partir de 10 h, le local du réseau (ex- pharmacie de nuit), place Mohammed V à Casablanca, deviendra un bureau de vote ouvert aux jeunes.
«Ce sera une reconstitution du contexte exact des élections avec des urnes, des isoloirs, des bulletins de vote… tout le parcours que suppose le vote !», explique M. Ghayet, avec son enthousiasme habituel.
Suivant donc le «parcours du votant», les jeunes électeurs auront le choix entre cinq bulletins de vote. Chacun de ces derniers portera sur une raison qui légitime l’action de voter. A titre d’exemples : la transparence et l’honnêteté ou encore l’élimination à cause de l’achat des voix. Une prise de conscience nécessaire et tout aussi déterminante pour l’avenir de toute une nation. 200 jeunes venus d’une douzaine de quartiers casablancais se prêteront volontiers à cette simulation baptisée «Et si on votait !». Face à eux, d’autres jeunes qui, eux, joueront le rôle du président du bureau, des assesseurs et des observateurs.
En fin de journée, à 17h, le vote prendra fin pour, qu’ensuite, démarre l’autre processus décisif : le dépouillement. S’il y a eu élection, c’est qu’il faut, également, y avoir des résultats. Le bureau de vote dressera le bilan de sa simulation pour déterminer «le bulletin vainqueur». Et puisqu’il s’agit de se mettre au bain, le réseau Maillage compte y joindre les journalistes et les élus de la ville, parce que ces derniers ont leur mot à dire. Ce sera le point marquant de la journée fixé à 15 h. On ne parle plus de simulation, mais de conférence où élus et électeurs auront à discuter des sujets de leur choix.
Et si les jeunes en profitaient pour reprocher aux élus les promesses non tenues? «Pourquoi pas ?!», répond M. Ghayet. Le réseau Maillage aspire, tout simplement, à rompre le pont que dressent les jeunes face aux interlocuteurs politiques. Donc, à l’action de voter s’ajoute celle de s’exprimer librement. D’ailleurs, ces deux composantes sont les mêmes, au fond.
A partir d’aujourd’hui, 5 avril, et tout au long d’un mois, les listes électorales seront ouvertes au public. L’occasion pour les jeunes d’aller s’y inscrire pour retirer leur carte d’électeur. Inciter les jeunes à prendre cette initiative massivement représente, en fait, l’un des objectifs essentiels de ce bureau de vote n°1 de Maillage. Et, bien avant le déroulement de cet exercice pratique, le réseau Maillage reçoit déjà des demandes pour qu’il soit généralisé. «La Faculté de Ben M’Sick à Casablanca et celle de Mohammédia comptent organiser cette simulation à partir de la semaine prochaine», indique le président du réseau.
A travers l’ensemble de ses associations dans les différentes régions du Royaume, Maillage procédera à la généralisation de la pratique du vote «grandeur nature». Une option alliant le pédagogique à la citoyenneté. Un pin’s sera exclusivement dédié à cette initiative : «graines de citoyens» et un CD «Man skoutch !» sera distribué aux participants. De quoi réveiller notre jeunesse et lui re-donner espoir en son avenir.

Ressources
Taoufik El Halfi, animateur au réseau Maillage :
060 01 78 62

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *