Marocains résidant à l’étranger : pour l’émergence d’une nouvelle génération d’investisseurs

Marocains résidant à l’étranger : pour l’émergence d’une nouvelle génération d’investisseurs

Le ministre chargé de la Communauté marocaine à l’étranger, Mohamed Ameur, a appelé, vendredi à Rabat, à favoriser l’émergence d’une nouvelle génération d’investisseurs et de porteurs de projets parmi les Marocains résidant à l’étranger (MRE). S’exprimant lors de l’ouverture d’un séminaire sur les mesures prises par le gouvernement visant le développement de l’investissement des MRE,
M. Ameur a souligné l’importance «grandissante» de cette génération hautement qualifiée qui doit être pleinement mobilisée dans l’économie nationale. Il a indiqué, dans ce sens, que son département travaille pour asseoir un cadre «attractif et adapté aux besoins et affinités des investisseurs expatriés», mettant à leur disposition une banque de projets en adéquation avec les potentialités et les particularités de leurs régions d’origine. Le ministère œuvre également pour identifier et évaluer les formes de partenariat international avec les acteurs locaux et nationaux dont l’objectif est l’appui et l’encadrement des émigrés dans leurs projets de développement économique de leurs régions, a ajouté M. Ameur.  S’agissant des mesures prises par le gouvernement pour mieux drainer les investissements des Marocains du monde, il a rappelé notamment la mise en place du mécanisme d’encouragement des investissements des MRE (25 % du coût du projet à la charge de l’investisseur,
10 % sous forme de subventions de l’Etat et 65 % de crédit bancaire). Pour sa part, le directeur général de la Caisse centrale de garantie (CCG), Houcine Itaoui, a souligné l’importance de MDM invest, un fonds géré par la Caisse et destiné à inciter les MRE à investir davantage. Ce fonds se caractérise par l’ouverture sur plusieurs couches et plusieurs secteurs, l’attractivité générée par la diversité de ses services et la simplicité de sa procédure. Cette rencontre, organisée par le ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l’étranger, se veut une occasion pour débattre de la place des mesures visant la promotion de l’investissement des MRE dans l’environnement juridique et financier et l’identification des conditions favorables à la mise en œuvre de ces mesures. Une étude sur la stratégie de mobilisation de l’investissement des Marocains du monde recommande la pérennisation et l’amélioration des flux des transferts de leurs fonds vers le Maroc. Présentée, vendredi à Rabat, cette étude appelle à l’optimisation de l’emploi de ces transferts, particulièrement dans les investissements productifs. Réalisée par le ministère chargé de la Communauté marocaine résidant à l’étranger, l’étude souligne également l’importance de développer un système d’information et de reporting au niveau des différents intervenants dans la collecte et le transfert des fonds (Bank Al-Maghrib, les banques commerciales et l’Office des changes). Ce système sera d’une «grande utilité et une source d’information en temps réel, nécessaire pour concevoir une stratégie de réponse également en temps réel», selon l’étude. Compte tenu de la conjoncture actuelle marquée par la crise économique internationale, l’étude met l’accent sur la nécessité de concevoir et de mettre en place un système qui «pourrait aider à anticiper les tendances futures et concevoir les actions appropriées». L’étude n’a pas manqué de relever les handicaps rencontrés par les MRE qui veulent investir au Maroc, énumérant notamment dans ce cadre le manque d’information et de sensibilisation, les problèmes d’accompagnement, de foncier et de justice.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *