Mauritanie : Célébration sans faste du 50ème anniversaire de l’indépendance

Mauritanie : Célébration sans faste du 50ème anniversaire de l’indépendance

La Mauritanie a célébré, dimanche, sans faste le 50e anniversaire de son indépendance avec une cérémonie de levée des couleurs et une série d’inaugurations, a constaté un journaliste de l’AFP. La cerémonie s’est déroulée au palais présidentiel et a rassemblé pour la première fois la quasi-totalité des chefs de partis politiques de l’opposition, signe d’une décrispation à laquelle le président Mohamed Ould Abdel Aziz a appelé dans un discours samedi soir. «Nous exprimons, ici, notre entière disposition à engager un dialogue franc avec les partis de l’opposition, que nous invitons à participer de manière engagée à l’œuvre de construction nationale», a déclaré le président mauritanien. M. Ould Abdel Aziz a promis que «l’État continuera à veiller à la consolidation de la démocratie» et a rendu un hommage appuyé aux sacrifices consentis par les «héros de la résistance». Le président mauritanien a déploré que son pays soit encore à un «stade aussi faible de développement alors qu’Allah l’a pourvu d’énormes richesses continentales et maritimes, en plus des crédits et des dons considérables dont il a bénéficié».  Il a expliqué ce retard par des «facteurs internes et externes, dont principalement l’absence d’une vision politique et économique claire, le manque d’ancrage de la notion de l’intérêt général, le phénomène de la gabegie et de la mauvaise gestion», auxquels il a déclaré la guerre. Evoquant la question securitaire dans son pays en butte à des attaques d’Al-Qaida au Maghreb islamqie (Aqmi), il a affirmé que l’acquisition «de quantités importantes d’armements, en plus de véhicules et d’avions» avait renforcé les capacités de réaction, «comme l’ont démontré les résultats des dernières opérations contre les bandes terroristes criminelles», a-t-il relevé. «Nos forces armées et de sécurité demeureront prêtes en permanence pour défendre la souveraineté et l’intégrité de notre territoire et assurer la sécurité de tous nos citoyens et celle des ressortissants de pays frères et amis» a-t-il assuré. Une série d’inaugurations, entamées début novembre, sont prévues dont notamment l’approvisionnement en eau de Nouakchott à partir du fleuve et le lancement de l’exploitation d’une nouvelle mine de fer dans le nord du pays. Par ailleurs, le Parti de l’alliance pour la justice et la démocratie- mouvement pour la renovation (AJD/MR) a refusé de célébrer dimanche le cinquantenaire de l’indépendance en signe de deuil à la mémoire de 28 soldats négro-africains exécutés le même jour en 1990. «28 soldats ont été assassinés le 28 novembre 1990 par le régime de Maaouiya Ould Taya (1984-2005) dans le cadre de l’épuration ethnique dont il s’est rendu responsable à l’encontre des négro-africains de Mauritanie», a affirmé le chef du parti, Sarr Ibrahima. Les militants du parti ont été invités à arborer des brassards noirs en signe de deuil pour «donner droit de mémoire à nos martyrs», a-t-il expliqué. M. Sarr a dit avoir demandé par écrit au Président Mohamed Ould Abdel Aziz «d’ériger un symbole à la mémoire de ces 28 soldats». «Je sais qu’il a pensé à eux en baptisant samedi l’une des rues de Nouakchott «route de la résistance», mais cela nous semble insuffisant», a-t-il poursuivi. Toutefois le chef du AJD/MR, qui rassemble des négro-africains pour l’essentiel, a affirmé que «ces reproches ne compromettent pas ses discussions avec le pouvoir pour intégrer la majorité présidentielle».

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *