Mauritanie-France : la Mauritanie participera aux festivités du 14 juillet

L’ancien ministre français Jacques Toubon, secrétaire général du «Cinquantenaire des indépendances africaines» prévu le 14 juillet 2010 à Paris, a annoncé, dimanche, à Nouakchott, que des contingents des armées de 14 anciennes colonies françaises participeraient aux festivités. «Le président Nicolas Sarkozy souhaite faire un défilé militaire où des unités des armées de chaque pays participeraient», a déclaré à la presse M. Toubon, après avoir été reçu par le président mauritanien Mohamed Ould Abdel Aziz. «Nous voulons que le 14 juillet 2010, fête de la France, soit une sorte de grande fête africaine après un demi-siècle d’indépendance», a-t-il ajouté.
Un sommet des chefs d’État de 14 pays qui furent des colonies françaises est également programmé à cette occasion, a-t-il annoncé.
Selon M. Toubon, la Mauritanie, indépendante depuis 1960 a accepté d’adhérer à cette grande fête. «Ce cinquantenaire pourrait être une bonne occasion de faire connaître l’histoire aux plus jeunes et de s’inscrire dans une perspective de relations entre la Mauritanie et la France tournées vers l’avenir», a conclu l’émissaire français. «L’importance de cette période a fait penser au président Sarkozy que l’année 2010 est une occasion qui pouvait éclairer, renouveler et refondre la relation entre la France et ces 14 États africains, pour nous tourner vers l’avenir», a-t-il ajouté. «Cette relation renforcée constituera un instrument pour affronter les défis de l’Afrique et permettra de construire la prospérité de ces pays en partenariat avec la France», a-t-il encore affirmé.
Il faut rappeler qu’après l’anéantissement de la résistance militaire en 1934 et le parachèvement de l’occupation de Tiris Zemmour en 1936, la Mauritanie disparut entièrement dans le tunnel de la colonisation française. Les autorités coloniales, pour faire régner l’ordre au moindre coût, firent recours au relais des chefferies traditionnelles, tout en maintenant leur contrôle sur l’ensemble de la société en jouant systématiquement sur ses contradictions internes.
D’une population majoritairement nomade, la Mauritanie demeura l’une des plus pauvres colonies de l’Afrique Occidentale française. Les Français qui avaient pour priorité la sécurité militaire, n’ y avaient envisagé aucune politique de mise en valeur et elle resta, jusqu’à son indépendance, sans aucune structure routière, portuaire ou aéroportuaire. Dirigée depuis Saint-Louis du Sénégal, elle n’avait même pas de capitale, le décret de la création de celle-ci n’avait vu le jour qu’en juillet 1957.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *