Médicaments : Bouffe et plaisir

Médicaments : Bouffe et plaisir

L’appareil digestif des Marocains est celui qui consomme le plus de médicaments. Il est vrai que nos traditions culinaires sont pour quelque chose derrière ces ulcères d’estomac ou autres difficultés d’indigestion. C’est ce qui ressort en fait d’une étude sur le marché pharmaceutique marocain, an-noncée lors de la deuxième édition du Salon Officine-Expo 2005 tenue du 29 au 30 juin, à Casablanca. « Les médicaments consacrés à l’appareil digestif et au métabolisme constituent la classe la plus importante. La demande s’accroît généralement durant la période estivale », explique M. Ali Ghandi, directeur général de l’Association marocaine de l’industrie pharmaceutique. Sur la même longueur d’onde, M. Ali Ghandi, pharmacien casablancais et organisateur de ce salon, lie la forte consommation de ce genre de médicaments au mode alimentaire des Marocains. «Grosso modo, la vente de ces produits atteint son pic au mois de Ramadan, qui s’accompagne comme d’habitude de l’observation de plusieurs cas de personnes souffrant de problèmes d’acidité, de constipation ou de gaz », note-t-il. Et d’ajouter, « la saison de l’été et la fête d’El Aid El-Kebir sont également les deux périodes où la demande en matière de médicaments pour l’appareil digestif augmente ». Après l’appareil digestif, c’est la catégorie de médicaments agissant sur le système nerveux central qui occupe la seconde place. Devançant ainsi les produits consacrés à l’appareil respiratoire. Il faut noter, par ailleurs, que le nombre des asthmatiques au Maroc est estimé à près de trois millions et que ce chiffre, selon Dr. Abdelaziz Aichane, professeur des maladies respiratoires et allergiques et pneumo-allergologue, ira crescendo dans les années prochaines à cause notamment de la pollution.
S’agissant de la classification des médicaments, les statistiques révélées lors de ce salon ont dressé également la liste des meilleures ventes. Les antalgiques et les antibiotiques arrivent en pole position dans la classification des meilleures ventes en unité ou en valeur. Dans les meilleures ventes en unité, «Doliprane» a maintenu sa première place au cours de ces deux dernières années, (7,2 millions unités vendues en 2004, contre 6, 8 millions d’unités vendues en 2003). Quant à la liste des meilleures ventes en valeur, « Augmentin » est arrivé, lui aussi, à garder sa place de leader, avec un montant de près de 81 millions de dirhams enregistré l’année dernière.  Sur la même tendance haussière, la catégorie des médicaments pour les troubles érectiles a commencé à élargir sa part du marché. À titre d’exemple, les ventes du « Viagra» ont connu une perfection de 10% en 2004 (34,7 millions de dirhams), en comparaison avec l’année 2003 (31,5 millions de dirhams).
Ali Ghandi explique cette hausse par le rôle des officines dans la sensibilisation du grand public en matière des nouveautés thérapeutiques dans le domaine des troubles érectiles. « Ceci est dû en partie aux nouveaux espaces que des pharmacies réservent désormais au conseil et à l’orientation. Il faut noter que 30 % des personnes qui viennent nous voir cherchent des informations médicales. En sus que les hommes sont de plus en plus sensibles aux problèmes érectiles », assure-t-il. Certains prophétisent que ce genre de médicaments détrônera la catégorie des médicaments pour maux d’estomac, la classe thérapeutique la plus consommée au Maroc.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *