Mohammed Atlassi : «L’excès pondéral modifie la relation de communication du couple»

Mohammed Atlassi : «L’excès pondéral modifie la relation de communication du couple»



ALM : Une étude française, récemment publiée, révèle que les femmes obèses âgées de moins de 30 ans auraient plus de problèmes liés à la sexualité que les autres. Qu’en pensez-vous ?
Mohammed Atlassi : Pour cette étude, on comprendra facilement que ces femmes auront une sexualité diminuée, voire effacée. L’acharnement des médias à vouloir véhiculer une certaine image de la femme idéale, mince, maigre et de grande taille contribue à cet état de choses. Malheureusement, les dérives ne sont pas si loin : anorexie mentale et ses terribles conséquences. Dans notre contexte, cette étude n’est que partiellement valable, puisqu’elle n’intéresse que la frange de population jeune et instruite. Pour le Maroc traditionnel et profond, une certaine culture de la corpulence est encore souhaitée et encouragée.

Quels sont les problèmes que rencontrent les obèses dans leur vie sexuelle ?
Les conséquences organiques de l’obésité sont bien connues: diabète, HTA, maladies cardio-vasculaires, etc. L’impact de ces troubles sur la sexualité est certain, mais c’est surtout la transformation du corps par cet excès pondéral qui constitue un événement de vie de premier ordre qui vient modifier à la fois la relation de communication du couple et le rôle et l’identité de chacun des partenaires. Cette transformation corporelle changera le vécu sensoriel et perceptif du corps sexué.

Est-ce que le changement de corpulence influence le désir?
Chez la femme, le corps change, son ventre est mou, marqué de vergetures, ses seins aussi et toute la conception de l’image érotique de soi est détruite. La conséquence sur le désir et le plaisir est souvent celle d’une altération, diminution ou perte. Chez l’homme, la transformation de son corps va entraîner une perte du désir qui est souvent corrélée avec un état dépressif, une irritabilité et une asthénie ainsi que des difficultés dans le couple. Alors que la perte de plaisir est souvent associée à des difficultés de réaménagement de rôles dans le couple face à cette obésité. L’obésité peut entraîner un sentiment de dévalorisation, le corps de la femme peut perdre sa fonction érotique. Le partenaire obèse aura beaucoup de mal à maintenir son statut d’être de désir.

Quelles seraient les solutions à adopter pour mener une vie sexuelle saine lorsqu’on est obèse ?
Le sexe et la nourriture s’entremêlent dans toutes les cultures et sociétés. De tout temps, certains aliments ont été associés à la sexualité (aphrodisiaques). La conduite alimentaire nécessite un apprentissage autant que la sexualité qui nécessite un apprentissage au niveau du savoir-être, le savoir-faire. On ne naît pas gourmand, on le devient, la curiosité y est pour beaucoup. La nourriture interpelle nos sens, devient plaisir, sensualité. A l’instar des aliments, l’amour a un goût et une odeur jugée excitante pour certains, gênante voire répugnante pour d’autres. Érotisme et gastronomie sont tous les deux fondés sur l’esthétisme, l’imaginaire, le pouvoir créateur. Pour conclure, je citerai un adage de chez nous : Un esprit sain dans un corps sain, une sexualité épanouie dans un corps harmonieux.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *