Oujda : Des élèves protestent contre l insécurité routière aux alentours des écoles

Oujda : Des élèves protestent contre l insécurité routière aux alentours des écoles

Plus de trois cents élèves accompagnés de leurs parents et de leurs maîtresses de l’école Jamal-Eddine Al Afghani ont tenu, mardi dernier entre 10h30 mn et 11h30 mn, un sit-in de protestation, bloquant totalement la circulation routière sur une partie du boulevard Mohammed V, pour protester contre l’insécurité routière aux alentours de leur école. La vitesse excessive de certains conducteurs, dont notamment ceux des grands taxis et des voitures de contrebande, cause de plus en plus d’accidents mortels. Le dernier en date est celui dont a été victime l’élève Mustapha Boy (un enfant de sept ans) qui a été mortellement renversé alors qu’il sortait de son école mercredi dernier à 17h30. Auparavant une élève a été victime d’un accident qui lui a causé un handicap pour toute sa vie. Des événements tragiques dus à l’absence de signalisation routière spécifique et à l’insécurité routière dont sont victimes les enfants des écoles périphériques ou limitrophes des boulevards à dense trafic de voitures, camions et bus. Il a fallu une forte présence policière pour dissuader les protestataires, qui ont mis en place des barricades de fortune pour bloquer la circulation. Des manifestants qui ont exigé la présence du wali de la région sur les lieux pour qu’il palpe de près leur désarroi et lui expliquer les raisons de leur colère. «Il est impensable que la majorité des écoles de la ville soit protégée par des ralentisseurs «dos d’ânes» alors que celles de notre quartier ne le sont pas», s’indignent à l’unisson plusieurs participants à cette manifestation et d’ajouter que «la seule solution possible pour ce passage est la construction d’un pont aérien».  «Je sais que ce sit-in et ces protestations ne me rendront pas mon enfant, mais je tiens à remercier les habitants du quartier pour leur solidarité comme je veux sensibiliser tous les conducteurs pour qu’ils fassent plus attention. Je demande également aux agents de police de ne pas être indulgents avec les conducteurs irresponsables. Autrement ils seront aussi responsables de la mort de mon enfant», déclare Bekkay Boy, le père de la victime.  «C’est un passage sans protection aucune alors que les voitures le traversent à toute allure. Souvent au détriment d’âmes innocentes et Mustapha n’est pas un cas isolé car au même endroit plusieurs enfants ont payé de leur vie l’insouciance de certains chauffeurs», explique une institutrice de cette école. Même souci chez un père qui a précisé à ALM que le quartier est victime de calculs politiciens se rapportant aux élections municipales. «Chaque conseiller ne pense qu’à son quartier et puisque nous n’avons pas de représentant au sein de ce conseil, le quartier «Tennis» est délaissé alors qu’il est menacé par deux artères à grande affluence automobile». Il est à préciser que sur les 500 élèves qui poursuivent leur scolarisation à l’école Jamal-Eddine Al Afghani, 270 d’entre eux traversent quotidiennement quatre fois ce passage.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *