Pour l’éradication des violences basées sur le genre

Pour l’éradication des violences basées sur le genre

«La promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes au Maroc», tel est le thème d’une journée d’étude organisée vendredi 25 septembre à Rabat. Lors de cette journée, Nouzha Skalli, ministre du Développement social, de la Famille et de la Solidarité a indiqué que: «Cet atelier constitue une opportunité pour pointer les difficultés et éliminer les violences basées sur le genre». Et de poursuivre: «Si des avancées ont été réalisées, il reste beaucoup de défis à relever en sensibilisant à l’égalité», a-t-elle ajouté.
Dans le cadre de cette rencontre, Malika Benradi, professeure à la Faculté de droit   Rabat-Agdal, a présenté un rapport sur la promotion de l’égalité entre les hommes et les femmes dans la région euro-méditerranéenne. Ce rapport s’assigne plusieurs objectifs, entre autres, la mise en œuvre de la Convention sur l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDAW) et les recommandations de la conférence ministérielle euro-méditerranéenne sur le «renforcement du rôle de la femme dans la société», tenue à Istanbul en 2006, voire l’identification de priorités.Il ressort de ce rapport que le contexte international des droits humains est favorable à l’égalité. Au niveau national, le principe de l’égalité s’est traduit dans le discours de SM le Roi Mohammed VI, les stratégies nationales menées en faveur des femmes, la mise en place d’un plan multisectoriel pour l’intégration de la dimension Genre. A cet égard, l’action menée par les pouvoirs publics demeure déterminante. En effet, elle s’inscrit dans la logique de la CEDAW et les recommandations de la conférence d’Istanbul.
De surcroît, le rapport a défini des priorités nationales pour la mise en œuvre de l’égalité. Pour ce faire, elle nécessite de «poursuivre» l’harmonisation avec la CEDAW, la mise en œuvre de la levée des réserves émises sur cette convention, la révision de certaines dispositions réglemenatires et législatives.
De même, la culture de l’égalité doit être renforcée dans les programmes scolaires. En outre, l’implication des médias est incontournable dans ce cadre.
Entre autres, le rapport a défini d’autres priorités telles que la création de l’Observatoire de l’égalité de genre qui sera chargé du suivi des politiques mises en œuvre.
Le rapport a conclu que malgré les progrès réalisés pour la promotion de l’égalité, celle-ci nécessite une action continue pour qu’elle soit intégrée dans les comportements humains, pour que les hommes et les femmes s’engagent dans la construction démocratique et pour que l’égalité devienne une évidence.
A signaler que cette journée d’étude, initiée en partenariat avec le ministère des Affaires étrangères et de la Coopération et l’Union européenne, s’inscrit dans le cadre des préparatifs de la 2ème conférence euro-méditerranéenne sur le «Renforcement du rôle des femmes dans la société», prévue les 11 et 12 novembre prochain à Marrakech.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *