Protection de l’enfance à Tanger

Quelque 22 Organisations Non-Gouvernements, membres du réseau tangérois pour la défense des droits de l’enfant, ont procédé samedi dernier à la signature d’un « pacte d’honneur pour la défense des droits de l’enfant».
Aux termes de ce pacte, les Organisations Non-Gouvernementales de la région s’engagent à mobiliser toutes les énergies et ressources disponibles pour la mise en oeuvre des dispositions de la convention internationale pour la défense des droits de l’enfant et l’exploitation des expériences acquises par les associations pour renforcer les programmes de coopération et satisfaire les besoins des enfants, notamment ceux qui vivent dans des situations défavorisées.
Ces associations entendent également soutenir les actions entreprises par l’Unicef et sensibiliser la société civile aux risques qu’encourent les enfants du fait, notamment, de la délinquance juvénile et des diverses formes d’exploitation, principalement sexuelle et économique. De même, elles s’engagent à oeuvrer en faveur de la satisfaction des besoins des orphelins, des handicapés et des enfants marginalisés.
Le représentant de l’Unicef au Maroc, Olivier Théo Degreef a souligné, à cette occasion, que le Maroc constitue un exemple en matière de coopération constructive entre les autorités, les élus et la société civile en faveur de l’enfant, qualifiant la signature de ce pacte de tournant dans le processus de mobilisation pour l’intégration des enfants marginalisés.
De son côté, le wali de la région de Tanger-Tétouan, Mohamed Hallab a rappelé l’intérêt accordé à l’enfant dans toute action de développement que sous-tend le souci de favoriser l’égalité des chances et d’améliorer la situation des couches sociales défavorisées.
M. Hallab a également rappelé la haute sollicitude dont SM le roi Mohammed VI entoure l’enfance et les démunis, plaçant l’action sociale et le développement durable en tête de toutes les priorités.
Cette initiative s’inscrit dans une panoplie de mesures entreprises par la société civile et les pouvoirs publics en vue de protéger les enfants marginalisés ou vivant dans des situations précaires contre les différentes exploitations, économique, sexuelle à des fins commerciales, etc.
Il est à souligner dans ce cadre que le Maroc accorde un grand intérêt à la question de l’enfance conformément aux hautes orientations royales et grâce aux efforts de SAR la princesse Lalla Meryem, ainsi qu’à ceux du gouvernement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *