Provinces du Sud: Régénération d’environ 3.100 ha à l’horizon 2017

Provinces du Sud: Régénération d’environ 3.100 ha à l’horizon 2017

Il sera procédé à la création de 20 points d’eau, l’aménagement de 100 km de pistes forestières, la lutte contre l’ensablement sur une superficie de 315 ha, l’installation de 15 km de barrières…
Le programme de lutte contre la désertification dans les provinces du Sud prévoit la régénération d’environ 3.100 ha de formations forestières au cours de la période 2015-2017.

Un programme ambitieux est lancé par le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD) pour lutter contre la désertification dans les provinces du sud du Royaume et qui porte sur la préservation et le développement des ressources naturelles dans la région du Sud à travers la régénération des forêts primaires et la lutte contre l’ensablement qui affecte les sites et les infrastructures socio-économiques, la conservation et le développement de la biodiversité au niveau des sites d’intérêt biologique et écologique (SIBE) identifiés par le Plan directeur des aires protégées ainsi que la création de ceintures vertes.

Ainsi, il sera procédé à la création de 20 points d’eau, l’aménagement de 100 km de pistes forestières, la lutte contre l’ensablement sur une superficie de 315 ha, l’installation de 15 km de barrières, en plus du reboisement de 4.000 ha de cactus et la distribution de 540 nids d’abeilles. Il a également été procédé à l’aménagement d’une pépinière forestière à Boujdour et Aousserd, l’installation de 200 hectares de ceintures vertes à Assa, Tata et Bir Gandouz, la production de 3 millions de plants et la création de sites de nidification du gibier à Boujdour et Smara.

Concernant les réalisations accomplies dans ce domaine, en particulier au cours de la période de 2005 à 2014, figurent la lutte contre l’ensablement par le biais de la fixation mécanique et biologique des dunes sur une superficie de 1.200 ha et l’installation d’environ 16 km de barrières qui ont permis de protéger les équipements et les infrastructures de base, y compris l’entrée nord et l’aéroport Hassan Ier de Laâyoune, la centrale thermique de l’Office national d’électricité, la ville de Smara, le village des pêcheurs à Boujdour et les oasis de Guelmim et Tata, en plus des points d’eau et d’irrigation.

Le Haut-commissariat a, en outre, procédé à la production de plants forestiers, dont une partie a été consacrée au reboisement et à la préservation des anciennes plantations, tandis que l’autre partie sera distribuée à des bénéficiaires d’écoles et des associations dans le but d’élargir les points verts, l’aménagement de 28 points d’eau pour faciliter l’abreuvement du cheptel, ainsi que l’irrigation des surfaces et zones concernées par l’opération de reboisement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *