Rabat et Tunis invités à héberger des troupes de l’OTAN

Certains pays d’Afrique du Nord, comme le Maroc et la Tunisie, ainsi que les nouveaux membres de l’OTAN en Europe de l’Est vont être appelés à fournir des structures d’entraînement pour l’armée américaine, selon le commandant en chef des forces US en Europe. Le général James L. Jones a affirmé mercredi que certaines zones peu habitées d’Afrique du Nord et d’Europe orientale pourraient constituer une alternative aux sites surpeuplés et aux problèmes d’environnement rencontrés en Allemagne et chez d’autres alliés traditionnels des Etats-Unis. « Nous faisons un travail important en Afrique du Nord pour avoir accès à l’espace aérien », a déclaré aux journalistes le général Jones, également commandant suprême des forces de l’OTAN.
« Nous sommes en permanence à la recherche de zones où l’urbanisation n’est pas une difficulté (..) Nous souhaitons vraiment nous entraîner là où nous ne gênerons personne. » Ce commentaire intervient alors que les Etats-Unis envisagent un redéploiement de leurs troupes à l’étranger qui devrait notamment se traduire par une réduction de leurs effectifs en Allemagne et dans d’autres pays d’Europe occidentale.
Washington n’envisage pas de nouvelles bases en Afrique du Nord, a assuré le responsable militaire, mais envisage un catalogue de structures temporaires avec des pistes d’atterrissage, des casernes et de l’électricité qui pourraient être utilisées par le corps expéditionnaire pour quelques mois, si nécessaire.
L’OTAN est en train de renforcer ses liens politiques et militaires avec les pays du Maghreb et du Moyen-Orient pour recentrer l’Alliance sur les nouvelles menaces de terrorisme.
En visite au quartier général de l’OTAN la semaine dernière après une escale au Maroc et un entretien avec le Roi Mohammed VI, le sous-secrétaire d’Etat américain, Marc Grossman, avait suggéré que l’Alliance pourrait coopérer avec plusieurs pays pour le contrôle des frontières, la lutte contre l’immigration clandestine, le trafic de drogue et le contrôle des armes de destruction massive. Cette redéfinition du rôle de l’OTAN pourrait être discutée lors d’un sommet en juin à Istanbul (Turquie) avec plusieurs de ses partenaires associés dans le cadre du « Dialogue méditerranéen » (Israël, Maroc, Mauritanie, Algérie, Tunisie, Egypte et Jordanie).
Plusieurs pays arabes pourraient en outre être invités à faire croiser leurs navires militaires pour aider la coalition internationale contre le terrorisme. Cette annonce intervient alors que l’ambassade américaine à Alger vient de démentir officiellement l’installation d’une base américaine dans le Sud algérien et que l’armée américaine s’apprête à donner une nouvelle dimension dans ses traditionnels exercices conjoints annuels avec l’armée marocaine.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *