Rangs d’honneur : Tout près de la nature

Rangs d’honneur : Tout près de la nature

On est au service de son prochain ou on ne l’est pas. Les nombreuses associations créées et qui continuent à se créer d’ailleurs, n’arrivent pas à attirer que des dévoués aux bonnes causes. Souvent l’association sert de coalition d’opportunistes. Rarement, elle se consacre à son objectif de création. Mais depuisque le gouvernement a sollicité la société civile pour une meilleure implication dans les affaires sociales du pays, les associations poussent comme des champignons. Leur nombre devient de plus en plus imposant et les résultats demeurent maigrichons. Ce qu’il faut savoir, c’est que le travail d’une association est un réel boulot de professionnel. Pour les quelques associations qui veulent sincèrement « rendre service», un plan de travail, un échéancier d’actions, un ciblage et un sens des priorités sont souvent méconnus.
Encore faut-il motiver les adhérents afin de les maintenir dans la course ! «Rangs d’Honneur» est l’une de ces associations qui sont arrivées à se professionnaliser et à garder motivés ses adhérents. Voilà ce qui illustre parfaitement l’adage «joindre l’utile à l’agréable». Quelle est la recette magique ? «Nous sommes des adorateurs de la nature. C’est grâce à cela que nous avons pu entretenir une cadence d’une sortie le week-end au bout de chaque deux semaines», révèle Nourredine Bennani, président de l’Association «Rangs d’Honneur». A l’origine, cette association était un club de randonnées.
Ce club était formé d’une quarantaine de médecins qui partaient les week-ends, quelque fois même en famille, dans les régions montagneuses du pays. Une fois sur les lieux, ils ne lésinaient pas sur les efforts pour prodiguer des soins et des consultations gratuites pour les habitants du coin. Ceci se faisait anarchiquement jusqu’à ce que les fondateurs ont ressenti le besoin de mieux s’organiser pour faire face à cet engagement naissant. Devant la multitude des chantiers qui se présentaient, notamment les actions à caractère social, ce même club s’est transformé en association («Rangs d’Honneur») à partir de l’année 2000. Avec l’élargissement de son champ d’action, une deuxième association s’occupant exclusivement de l’environnement a vu le jour en 2001. Il s’agit de l’Association Amane. «Nous demeurons une seule et même équipe. La création de deux associations répond à un besoin d’organisation et de rapidité d’action dans deux champs d’action distincts», explique le président des deux associations.
Cette organisation a permis aux randonneurs de doubler d’efforts et d’actions. «Nous avons assuré 46 actions médicales et thérapeutique, dont des actions de dépistage du cancer du col qui sévit sévèrement dans certaines régions du Maroc. Nous avons aussi mené des opérations forestières et environnementales telles que la plantation d’arbres. Nous avons aussi permis la création de deux coopératives en réponse à un besoin en développement durable», déclare Nourredine Bennani. Ces actions se font en concertation avec les commissions spécialisées. Au préalable, une équipe part en éclairage, pour définir les besoins de la région à visiter et établir les contacts nécessaires avec les associations régionales, les délégués de la santé et les autorités locales. «Pour mieux connaître la région, nous collaborons avec les locaux. Cela garantit la réussite de nos missions». La visite est alors préparée en établissant la liste des personnes et des dons à emporter en adéquation avec la spécificité des faiblesses de chaque région.
Les samedis sont consacrés au travail tandis que les dimanches ont cette vocation de distraction. Un bilan est établi dans l’après-midi du de chaque Dimache. «Nous sommes contre la politique des dons. Les gens défavorisées ont besoin d’aide pour assurer leur indépendance et non pas d’aumône», fait remarquer Dr. Seloua Bouhlal membre de l’association.
Revenons au côté agréable du domaine : les équipes en mission passent la nuit chez des habitants dans une ambiance conviviale, des fêtes folkloriques sont organisées à leur honneur tout ceci dans le cadre d’un échange constructif. «Nous respectons les ruraux que nous visitons et nous en faisons des partenaires pour promouvoir leur région et pour les aider à s’établir dans une activité rémunératrice », reconnaît Nourredine Bennani. Et d’ajouter : «Actuellement, nos actions convergent toutes vers le développement durable.
Répondre aux besoins en matière de santé nous permet d’asseoir une ambiance de confiance. C’est de cette confiance que nous avons besoin pour rendre plus efficaces nos actions loin des réticences ». Avec actuellement plus de 2000 membres adhérents, les Associations «Rangs d’Honneur» et Amane ont plus agi que parlé.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *