Réforme du système de santé : La parole aux experts

Réforme du système de santé : La parole aux experts

Le ministre de la santé a mis, mardi à Rabat, un final à la série des auditions du grand public qu’il avait entamées le 5 avril afin de se faire une idée sur le modèle de système le plus proche des besoins des usagers. Lhoussaine Louardi qui a ouvert aux côtés du ministre chargé des relations avec le Parlement et la société civile, Lahbib Choubani, les travaux de la dernière session d’Intidarate, n’a pas manqué de rappeler qu’elle fait suite aux émissions radiophoniques et télévisées, ainsi qu’aux échanges via les réseaux sociaux qui ont permis «à tout un chacun de dire son mot sur la meilleure manière de réformer le domaine de la santé au Maroc». Invitant les experts, les praticiens et les représentants de la société civile qui participent à la réunion à parler sans ambages, il leur a enjoint d’être également pratiques. Ce qui sera dit ici sera enregistré et décortiqué, il sera versé à la somme des informations et des propositions qui ont été récoltées à l’issue des autres sessions, a-t-il déclaré. Le ministre qui s’est félicité de l’approche participative qui a présidé au dialogue sur la réforme de la santé a rappelé que son objectif est d’améliorer la santé primaire au moyen d’un plus large accès aux soins, de rétablir la confiance dans les services de santé et de réaliser une meilleure adéquation entre l’offre et la demande des patients. Il a annoncé l’embauche de quelque 160 nouveaux médecins et 900 paramédicaux dans le courant de l’année afin, a-t-il affirmé, de conforter les effectifs déjà en place. Il a également déclaré que les services des Urgences seront renforcés par l’acquisition d’une trentaine d’ambulances et d’unités mobiles pouvant pallier l’insuffisance de centres fixes dans certaines régions. M. Louardi qui a appelé à une plus grande complémentarité entre les secteurs privé et public afin d’élargir l’offre de soins a annoncé la création d’observatoires régionaux pour suivre la mise en place des différentes mesures instituant la couverture sociale généralisée.
Plus politique, M. Choubani a, quant à lui, parlé de la signification en droits humains de l’accès aux soins. Se félicitant également de l’approche participative qui annonce la réforme, il a jugé que cette démocratie de la santé est la preuve de l’efficacité du dialogue et de la concertation. Il a cependant fait remarquer que la démocratie est une œuvre de longue haleine et qu’il faut s’armer de patience pour en voir les résultats. Ces paroles ne sont pas passées inaperçues dans une salle où l’assistance comportait quelques-uns des décideurs les plus en vue à l’heure actuelle et chacun les a entendues comme une réponse à ceux qui font au gouvernement grief de lenteur exagérée.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *