Renforcement de la sécurité à Casablanca

Casablanca, pôle économique du pays, subit les conséquences d’une croissance incontrôlable de sa population et les misères de la campagne, motifs d’exodes et de déplacements vers les centres urbains de la mégalopole. Elle subit également les effets du développement du secteur industriel et la prolifération des petits métiers libéraux installés dans des quartiers d’habitation, notamment les quartiers populaires et populeux.
Le phénomène des marchands ambulants, qui sillonnent les différents boulevards et artères de la ville, a aussi des répercussions négatives sur l’organisation, l’ordre, la propreté et le calme dont ont besoin les habitants de la ville. Tout cela demande des communes, de la Communauté urbaine, des autorités locales et d’autres services d’aménagement et de réaménagement d’accompagner ce développement.
La question de sécurité se trouve au noyau des préoccupations des différentes parties pour éviter au Grand Casablanca le sort de certaines grandes villes du Tiers-Monde, où l’insécurité et la criminalité, sous toutes leurs formes, sévissent. C’est un choix. Dans ce cadre, le conseil de la Communauté urbaine de Casablanca (CUC) a approuvé, lors de sa session ordinaire du mois d’août, l’allocation d’une enveloppe budgétaire de 2,66 millions de dirhams pour la construction de nouveaux postes de police. L’initiative s’inscrit dans le but de renforcer la sûreté et la sécurité dans la capitale économique du pays. Cette initiative intervient après les mesures entreprises par la sûreté de la wilaya de Casablanca dans le domaine de la lutte contre le vol à l’arraché et autres crimes commis notamment par les intégristes de la «Salafia Iihadia», dont le réseau a été démantelé pendant cet été dans certains quartiers populaires de la périphérie de la ville. Ainsi, il a été procédé à l’acquisition de motos puissantes permettant la poursuite des criminels quel que soit l’itinéraire emprunté. Car, auparavant, les malfaiteurs pouvaient échapper à la poursuite des éléments de la police qui les traquaient à bord de fourgonnettes. En empruntant une artère où il y a un sens interdit, ils pourraient prendre le large facilement pour se réfugier dans les bidonvilles ou dans certains quartiers populaires où l’accès était difficile.
L’initiative de la Communauté urbaine s’inscrit également dans le cadre des efforts déployés par la Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) dans la gestion de ses ressources et la modernisation de ses outils de travail en prenant en considération la nouvelle conjoncture internationale caractérisée par la lutte contre le terrorisme. Il faut dire que le Maroc, contrairement à certains pays de la région, jouit d’une stabilité et de la sécurité au sens large du terme. Renforcer les moyens dans ce domaine, c’est préserver cette sécurité et cette stabilité.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *