Report de l’affaire d’un réseau de trafic de drogue

Quatre-vingt-douze suspects dont quatre en état de liberté provisoire ont comparu, vendredi dernier, devant la Chambre criminelle, première instance de Casablanca. Il s’agit des membres d’un réseau de trafic de drogue à l’échelle internationale qui ont été arrêtés en janvier dernier à la ville de Nador.
À l’ouverture de l’audience, la Cour s’est rassurée de la présence et de l’identité de tous les mis en cause  des mis en cause impliqués dans cette affaire qui a défrayé la chronique judiciaire. Après quoi, les avocats de la défense ont pris la parole pour demander le report de l’affaire pour leur permettre d’examiner les documents de ce dossier volumineux et de préparer leurs plaidoiries. En réponse, le président de la cour a décidé le report à l’audience du 23 courant. 
Les mis en cause sont poursuivis pour «constitution d’une bande criminelle, trafic international de drogue, corruption et non-dénonciation de délit».
Les services de sécurité avaient procédé, en janvier dernier, sur instructions du Parquet, à l’arrestation d’un important narcotrafiquant qui s’adonnait au trafic de la drogue (chira) dans la région de Nador.
Des sources judiciaires avaient précisé après coup que le narcotrafiquant effectuait des expéditions en direction des côtes espagnoles pour le compte de commanditaires domiciliés en Espagne, en Belgique, aux Pays-Bas et dans le préside occupé de Mellilia.
La lutte sans merci contre le trafic de drogue au Maroc a été couronnée par des résultats tangibles en 2008, qui se sont traduits par un recul substantiel du trafic de drogue et une réduction des superficies dédiées à la culture de cannabis.
Les saisies opérées en 2008 totalisent, au niveau national, 110,893 tonnes de résine de cannabis (chira), 33,584 kg de cocaïne, 6,28 kg d’héroïne et 43.510 unités de psychotropes, selon la Direction de la migration et de la surveillance des frontières au ministère de l’Intérieur.
Au total, 1.200 personnes ont été arrêtées en 2008 pour trafic international de drogue, dont 50% de nationalité française, espagnole, italienne, hollandaise ou encore Belge.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *