Réunion dans une conjoncture délicate

Réunion dans une conjoncture délicate

Sa Majesté le Roi Mohammed VI est arrivé à Kuala Lumpur hier pour participer aux travaux du 10è sommet de l’Organisation de la Conférence Islamique (OCI) dont les travaux se déroulent du 16 au 18 octobre. Le Souverain est accompagné d’une délégation officielle composée du ministre des Affaires étrangères et de la coopération, Mohamed Benaïssa, et des Conseillers de Sa Majesté, Abdelaziz Meziane Belfkih et Abbas El Jirari, ainsi que d’autres personnalités civiles et militaires. La participation de Sa Majesté le Roi aux travaux de ce sommet revêt une grande importance sachant que la rencontre des chefs d’Etat islamiques a lieu dans une conjoncture internationale particulière. Les attentats du 11 septembre 2001 et la détérioration de l’image du monde islamique en Occident, la guerre contre le terrorisme et ses répercussions sur les causes islamiques et arabes dont le conflit israélo-palestinien, la situation en Irak après l’occupation américaine sont les principales questions qui font de ce 10ième sommet des chefs d’Etat islamiques une rencontre stratégiquement décisive. S’agissant de l’après 11 septembre, le Maroc, qui a été le premier pays arabo-islamique ayant condamné ces attentats, s’est engagé ans la guerre universellement déclarée contre le terrorisme. Dans son discours devant la 58e session de l’assemblée générale des Nations Unies, le 23 septembre dernier, SM le Roi avait mis l’accent sur la lutte contre cette nouvelle menace.  » Depuis les événements tragiques du 11 Septembre, la communauté internationale s’est résolument engagée dans la lutte contre le terrorisme international qui menace les valeurs les plus sacrées de l’Humanité. Le Maroc, visé à son tour par le terrorisme odieux, en mai dernier, dans une vaine tentative de porter atteinte à son choix démocratique et d’entamer son ferme attachement aux valeurs de liberté, de tolérance et d’ouverture, insiste sur la nécessité d’élargir et d’approfondir la coopération internationale pour éradiquer ce fléau », avait dit SM le Roi. Néanmoins, le Souverain a appelé à éviter toute confusion entre l’Islam et le terrorisme. « Je voudrais ici dénoncer avec force l’amalgame développé par ceux qui persistent à associer le terrorisme à l’Islam, alors que celui-ci est un appel à la paix et au respect de la personne humaine qui récuse l’injustice et l’agression », avait précisé SM le Roi. S’agissant de la situation de crise qui prévaut au Proche-Orient et le blocage du processus de paix après l’échec de la feuille de route, l’intervention du Souverain, président du Comité Al Qods, est sollicitée par toutes les parties concernées du conflit israélo-palestinien pour convaincre les Palestiniens et les Israéliens de retourner à la table des négociations. À l’ONU, SM le Roi avait dénoncé la persistance de la logique de la violence dans cette région. « Nonobstant les efforts consentis, que ce soit au sein des Nations Unies, ou encore par le Quartette, à travers la « Feuille de route », pour le règlement de la question palestinienne, la persistance de la logique de violence et de l’intransigeance continuent d’entraver l’instauration de la paix », avait dénoncé le Souverain qui a appelé la communauté internationale à intervenir pour mettre un terme aux souffrances du peuple palestinien. « Les souffrances, les privations et les injustices qu’endure, au quotidien, le peuple palestinien frère, nécessitent un engagement plus ferme de la communauté internationale pour favoriser une mise en oeuvre progressive et irréversible de la « Feuille de route », avait rajouté le Souverain. « En ma qualité de Président du Comité Al Qods, Je voudrais exprimer mon entière disponibilité à contribuer à une solution juste et définitive qui permette l’établissement d’un Etat palestinien viable avec pour capitale Al Qods Achcharif, vivant aux côtés de l’Etat d’Israël dans la paix et la sécurité retrouvées », avait affirmé SM le Roi. Ainsi, la participation de SM le Roi au sommet des chefs d’Etat islamiques atteste de l’importance que le Souverain accorde à l’instauration d’une paix juste et durable au Proche-Orient et du droit du peuple palestinien à recouvrer ses droits légitimes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *