Sahara : les partis donnent leurs avis

Sahara : les partis donnent leurs avis

Le Premier ministre, Driss Jettou, et le Conseiller de SM le Roi, Mohamed Moatassim, ont tenu des réunions de travail, vendredi et samedi derniers, avec les responsables des partis politiques marocains autour de la question du Sahara et l’offre marocaine d’une autonomie élargie pour les régions du Sud dans le cadre de la souveraineté du Royaume.
Selon des sources partisanes, ces rencontres ont concerné, en groupes séparés, les partis de la majorité gouvernementale, ceux de l’opposition parlementaire, PSU (Parti socialiste unifié), mais aussi les partis non représentés au Parlement comme le CNI (Congrès national ittihadi). Les patrons de l’Istiqlal et de l’USFP n’ont pu être au rendez-vous, étant en déplacements hors de Rabat alors que Mohand Laenser y a pris partie au nom de l’UMP (Union des mouvances populaires).
Selon les mêmes sources, le conseiller de Sa Majesté le Roi et le Premier ministre ont demandé aux leaders des partis politiques de leur soumettre, par écrit, leur conception d’une autonomie élargie pour les régions du Sahara marocain. Les formations politiques nationales doivent rendre leurs copies avant le 31 mars 2006 vu que le Maroc projette de présenter son plan à l’Organisation des Nations Unies fin avril de la même année.
La nouveauté avec ce nouveau "round" de consultations avec les partis politiques est le fait que les partis de la Koutla pourraient présenter un mémorandum commun. C’est l’éventualité qu’a évoquée Moulay Smaïl Alaoui qui affirme que la copie du PPS est "prête depuis longtemps". Le leader PPS ajoute que son parti a décidé de contacter ses alliés, Parti de l’Istiqlal, USFP, mais aussi Al Ahd (l’autre composante de l’Alliance socialiste), pour arrêter une position commune et élaborer un mémorandum collectif.
Lors du discours de Sa Majesté le Roi Mohammed VI à l’occasion de la célébration du trentième anniversaire de la Marche Verte, le Souverain avait annoncé la décision d’associer les partis politiques dans la gestion de ce dossier et notamment via des consultations autour du projet marocain. "Nous avons décidé de consulter les partis politiques, eu égard à leur rôle fondamental dans les grandes questions nationales, pour voir comment ils conçoivent concrètement l’exercice de l’autonomie dans le cadre de la souveraineté du Royaume", avait affirmé Sa Majesté le Roi le 6 novembre 2005.
Le Souverain avait également précisé que les consultations en question allaient concerner les populations des régions marocaines du Sud via les élus et les chefs des tribus de ces régions pour l’instauration d’une "régionalisation avancée". Les réunions avec les partis politiques interviennent aussi à quelques jours seulement de la célébration du trentième anniversaire de la pseudo-RASD de Mohamed Abdelaziz avec un nouvel affront à la communauté internationale. Avec l’appui de l’Algérie, le Polisario a investi la localité de Tifariti, zone-tampon démilitarisée conformément à l’accord instaurant le cessez-le-feu du 6 septembre 1991.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *