Sahara marocain : l’autre proposition

Sahara marocain : l’autre proposition

C’est aujourd’hui que le Conseil de sécurité de l’ONU entreprend des discussions sur l’affaire du Sahara marocain et la Mission des Nations unies au Sahara (MINURSO) dont le mandat expire le 31 octobre courant. Les délibérations des quinze membres de cette instance onusienne interviennent dans une conjoncture marquée par les protestations du Maroc après la publication du dernier rapport du secrétaire général, Kofi Annan, dont les conclusions dénotent une prise de partie flagrante pour le plan de règlement proposé par James Baker. Rappelons que le rapport présenté par Annan aux membres du Conseil de sécurité, lundi dernier, en perspective de leur réunion d’aujourd’hui, a suscité de vives réactions au Maroc qui a rejeté les recommandations du secrétaire général car elles ne correspondent pas aux dispositions de la résolution 1495, adoptée par le Conseil de sécurité le 30 juillet 2003, et encore moins aux attentes de l’ensemble de la Communauté Internationale. En effet, cette résolution et les décélérations des membres du Conseil de sécurité avaient affirmé qu’il n’existait aucune intention de la part des quinze d’imposer un quelconque plan de paix et que toute solution devra être préalablement négociée et mutuellement acceptée par les parties concernées. Ce qui n’a pas été respecté par le rapport du secrétaire général qui a appelé le Maroc à adhérer au plan de règlement proposé par son envoyé personnel, James Baker. Un plan que le Maroc a officiellement et unanimement rejeté. « Le Maroc voudrait réaffirmer avec force son rejet du plan présenté par M.Baker, tant au niveau de son architecture générale qu’au niveau de ses modalités pratiques, et ce à la fois pour des considérations de principe, des motifs d’ordre opérationnel et des impératifs de sécurité régionale », a rappelé un communiqué du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération. Suite à cette vive réaction aux contacts entrepris par le Maroc avec les membres du Conseil de sécurité, ce dernier devrait se contenter aujourd’hui de prendre la décision de proroger le mandat de la MINURSO afin de se donner plus de temps pour étudier toutes les éventualités. Une idée qui serait défendue par les Etats-Unis qui auraient proposé un projet de résolution allant dans ce sens, selon notre confrère «Acharq Al Awsat». Le quotidien arabophones a rapporté dans son édition d’hier que le représentant permanent des Etats-Unis à l’ONU aurait présenté un projet de résolution qui proposerait une prorogation du mandat de la mission onusienne jusqu’au 31 janvier 2004 et qui éviterait toute allusion au plan Baker. L’ambassadeur américain, John Negroponte, aurait présenté le projet aux membres du « Groupe des amis du Sahara » qui regroupe, outre les Etats-Unis, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et l’Espagne. Rappelons que Washington avait annoncé, à l’occasion de la rencontre de Sa Majesté le Roi Mohamed VI avec le président américain Georges W. Bush, que toute solution pour la question du Sahara devrait être acceptée par les deux parties et que le Conseil de sécurité ne devrait imposer aucun plan de règlement qui ne soit mutuellement accepté. Une position qui vient d’être réitérée par le secrétaire d’Etat adjoint américain pour les Affaires du Proche-Orient, William Burns. Le responsable américain, qui se trouvait samedi en visite officielle en Algérie, a déclaré que son pays appuie une solution politique de la question du Sahara et qu’il n’essaie pas d’imposer une quelconque solution à ce sujet. « J’insiste et je souligne simplement que l’objectif premier de la politique américaine est d’appuyer une solution politique de ce problème », a indiqué Burns lors d’une conférence de presse qu’il a tenue à Alger à l’issue de sa visite. Le responsable américain a aussi appelé au dialogue entre le Maroc et l’Algérie. Par ailleurs, toutes les formations politiques nationales ont manifesté leur rejet du plan Baker et le parti pris du secrétaire général de l’ONU en faveur du plan de règlement proposé par son envoyé personnel, James Baker. Enfin, cette position ferme de tous les partis politiques est un message à destination de tous les membres du Conseil de sécurité leur rappelant que le Maroc n’acceptera aucune solution qui ne respecte pas sa souveraineté sur l’ensemble de son territoire et que le peuple marocain est fermement résolu à faire face à toute tentative visant à semer le doute autour de la marocanité du Sahara.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *