Sept ans après, elle reconnaît son violeur

Sept ans après, elle reconnaît son violeur

Il croyait que tout était fini. C’est la raison pour laquelle, il est retourné chez sa soeur au quartier Ben M’sik, à Casablanca, après avoir passé sept ans dans sa ville natale, El Jadida, sans la quitter une minute. Il s’appelle Aziz, âgé de trente-deux ans, célibataire et sans profession. Quand il était à Casablanca, lorsque sa soeur demeurait au quartier Sidi Bernoussi avant de déménager à Ben M’sik, il se débrouillait pour gagner sa vie et aider ses parents en leur envoyant mensuellement de l’argent. Seulement, il a décidé, en 1997, de partir définitivement à El Jadida. Sept ans plus tard, il a décidé de retourner à Casablanca.
Pourquoi ce départ vers El Jadida et ce retour, sept ans plus tard, vers Casablanca ? Le policier qui faisait la ronde routinière, ce jour de ce mois de mars, en compagnie de son collègue à bord du fourgon au marché de gros en ignorait les raisons. Il ne savait même pas si Aziz était à Casablanca avant d’y retourner après avoir séjourné à El Jadida durant des années. Peu importe pour lui. Ce qui l’intéressait c’était d’assurer la sécurité au marché. Mais pourquoi Aziz qui a commencé à gagner sa vie dans ce marché a attiré l’intention de ce policier ? Ce dernier ne savait rien, mais son intuition lui a mis la puce à l’oreille quand il s’est rendu compte pour la première fois de la présence d’Aziz. Le policier est descendu du fourgon et s’est lancé vers Aziz. Perturbé, ce dernier s’est planté à sa place. Le policier lui a demandé son identité. Aziz lui a présenté sa carte d’identité nationale en lui expliquant qu’il ne faisait que se débrouiller pour gagner sa vie. Le policier lui a ordonné de monter au fourgon afin de les accompagner au commissariat pour vérification d’identité. Une fois au commissariat, le limier a pointé l’identité de Aziz. Et c’est la surprise. Aziz est recherché depuis 1997 pour viol d’une mineure.
Aussitôt, Aziz a été conduit vers le siège de la sûreté de la police judiciaire et mis entre les mains de la brigade mondaine de Ben M’sik-Sidi Othman. Interrogé sur le crime qui lui a été reproché, il a tout nié. A ce moment, les enquêteurs se sont dépêchés vers la demeure de la victime. Elle s’appelle Zineb, âgée actuellement de 18 ans. Elle n’a rien oublié, elle se souvient de toute l’histoire de son viol. Elle avait 11 ans quand elle est sortie de chez elle à destination d’un commerçant afin qu’elle fasse des courses. Seulement, elle n’est pas retournée chez elle. Elle a été accostée par Aziz. “je suis l’ami de ton père et je veux que tu m’accompagnes afin de te verser une somme d’argent qu’il m’avait prêtée il y’a un mois“, lui a-t-il expliqué. Avec l’innocence des enfants, elle l’a suivi jusqu’à un dépotoir. Là, la fille lui a demandé de la laisser retourner chez elle. “Parce que ma mère m’attend“, lui dit-elle. Mais il l’a giflée avant de la menacer de mort si elle refuse de l’accompagner. Zineb fondit en larmes.
Arrivant juste à côté d’un mur d’une école, Aziz l’a saisie par les aisselles pour la mettre de l’autre côté du mur et l’escalader par la suite. Bref, ils se sont retrouvés à l’intérieur de l’école. Là, il lui a baissé le pantalon et le slip pour abuser d’elle et lui a demandé par la suite de mettre son sexe dans sa bouche. A ce moment, ils ont attiré l’intention des chiens du gardien de l’école qui ont commencé à aboyer. Aziz a escaladé le mur pour prendre la poudre d’escampette, laissant Zineb seule en confrontation avec trois chiens. Ils l’ont mordue avant l’intervention du gardien de l’école. Ce dernier a mis la fille entre les mains d’un policier qui veillait sur la circulation. Zineb a été conduite devant les enquêteurs de la police qui a ouvert une enquête.
Seulement, elle est restée sans issue puisque Aziz a disparu. Mis entre trois personnes, Zineb s’est souvenue de lui et elle l’a indiquée aux enquêteurs. A ce moment, il s’est mis à table pour qu’il soit mis par la suite entre les mains du parquet général près la Cour d’appel de Casablanca poursuivi pour viol d’une mineure.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *