Sida : un combat de longue haleine

Sida : un combat de longue haleine

La réunion de haut niveau de l’Assemblée générale consacrée au suivi des engagements pris en 2001 par la communauté internationale pour endiguer ce fléau, s’est tenue lundi au siège de l’ONU avec un sentiment d’urgence devant l’énorme menace que constitue le VIH/Sida pour l’humanité. Des chefs d’Etat et de gouvernement et ministres de la santé ont fait le déplacement pour faire le bilan de leurs actions deux ans après l’adoption de la Déclaration d’engagement sur le VIH/sida et réaffirmé leur détermination à renverser la tendance d’ici 2005 à une pandémie qui a atteint 10 personnes chaque minute. Dans le monde, cette pandémie touche environs 42 millions de personnes et 14 millions d’enfants de moins de 16 ans ont été faits orphelins par ce virus mortel, selon les statistiques de l’organisation mondiale de la santé (OMS). Dans un discours prononcé au nom du G77 plus la Chine, le ministre des Affaires étrangères et de la coopération, M. Mohamed Benaïssa, a appelé à une mobilisation immédiate, conséquente et de longue haleine pour vaincre l’épidémie du VIH /SIDA. Et de souligner que le chemin pour vaincre cette épidémie dévastatrice est encore long; et sans une mobilisation internationale immédiate, conséquente et de longue haleine, l’ampleur de l’épidémie et ses conséquences risqueraient de s’aggraver davantage. Le ministre marocain a également indiqué que d’après les réponses fournies par 100 Etats membres en Afrique, en Asie, en Amérique et au Moyen-Orient, un pays sur quatre ne dispose pas de stratégie nationale pour fournir les soins et l’assistance nécessaires aux personnes atteintes du SIDA. Et de préciser qu’une personne sur 16 en Afrique sub saharienne, de loin la région la plus vulnérable dans le monde, n’a pas accès au dépistage. M. Benaissa a également indiqué que chaque année 800.000 nourrissons sont infectés par le VIH contacté avant ou immédiatement après la naissance, déplorant le fait que moins d’une femme sur 20 se présentant pour des soins prénatales, peut accéder à des soins préventifs. Dans son intervention, le secrétaire général des Nations unies Kofi Annan a demandé aux responsables du monde entier de maintenir la lutte contre le SIDA parmi leurs priorités, soulignant que les objectifs de réduction de l’épidémie ne pourraient être atteints faute de solutions politiques et financières adéquates. A cette occasion, les 191 pays membres doivent mesurer les progrès effectués en deux ans, date de la dernière réunion sur la maladie. Dans un rapport rédigé par l’ONUSIDA, des experts mettent en avant les lacunes persistant dans de nombreux domaines tels que l’accès aux médicaments, la prise en charge des orphelins et la prévention de la transmission du virus de la mère à l’enfant. Les experts affirment que sans budget supplémentaire et une réelle volonté politique, il semble impossible d’atteindre les deux buts que s’étaient fixées les Nations unies, à savoir trois millions de personnes traitées dans les pays en développement d’ici 2005 mais aussi l’arrêt de la progression de l’épidémie d’ici 2015.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *