Sur la protection de l’environnement

Pour Bouamor Taghouan, la dimension environnementale prend toute sa valeur lorsqu’on observe l’ampleur des dégâts causés sur les plages et aussi lorsqu’on sait que, chaque année, les ports marocains sont soumis à un enlèvement de quelque 3 millions de mètres cubes de sable, a-t-il souligné.
Selon le ministre de l’Equipement, le dragage constitue une réelle solution alternative pour la préservation des richesses. L’utilité de ce métier réside dans le fait qu’il conditionne, aussi, la sécurité de la navigation et l’exploitation des ports, a-t-il dit.
Evoquant le patrimoine national portuaire, M. Taghouan a tenu à rappeler le rôle important que jouent les 30 ports existants, notamment les ports commerciaux par où transitent 90 % des échanges du Maroc avec l’extérieur.
Il a indiqué, à ce sujet, qu’en 2001, les ports ont réalisé un trafic global de l’ordre de 57,5 millions de tonnes et plus de 1,5 million de passagers. Dans le même ordre d’idées, Mohamed M’barki, Secrétaire d’Etat chargé de l’Habitat, a mis en garde contre le danger d’une exploitation abusive du sable.
Il a mis l’accent sur la nécessité de donner à la qualité du produit et à la lutte contre l’informel une importance particulière et appelé à la mise en place d’une organisation du réseau de distribution pour mieux réguler et réglementer le circuit de commercialisation du sable extrait.
Il a souligné la nécessité de donner toute l’importance à la préservation de l’environnement dans une vision prospective ambitieuse et une rationalité adaptée aux ressources limitées.
Organisées pour la première fois hors d’Europe par la section africaine du CEDA, dont le siège est à Casablanca, ces journées internationales de dragage réunissent, pendant deux jours, les représentants des plus prestigieuses entreprises de dragage. Ils sont près de 220 participants venus d’Afrique, d’Europe, du Moyen-Orient et du Maroc pour faire part de leur expérience, profiter du savoir-faire de chacun et débattre de questions de fond.
De nombreux experts traiteront, durant ces journées, de thèmes liés à l’activité proprement dite de dragage, mais aussi à la protection de l’environnement.
Au programme des interventions, figurent le sable de dragage comme une alternative économique pour la préservation des plages au Maroc, la récupération environnementale et l’entretien des littoraux en érosion avec l’utilisation des dépôts sablonneux marins et le traitement des résidus de dragage contaminés.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *