Sûreté maritime : Paris et Rabat font le bilan

Un comité composé d’experts du ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération, des deux ministères français et marocain chargés des Transports et de la délégation de la Commission européenne, s’est réuni, récemment à Casablanca, pour dresser le bilan de la coopération entre le Maroc et la France visant à renforcer la sécurité et la sûreté maritimes, avec le concours de l’Union européenne (UE).
Le comité précité s’est réuni à la direction de la marine marchande à Casablanca pour dresser le bilan de l’action menée dans le cadre de ce jumelage financé à hauteur de 900.000 euros par la Commission européenne dans le cadre du programme MEDA d’appui à la mise en œuvre de l’accord d’association (P3A), indique un communiqué du ministère de l’Equipement et du Transport.
Dans un contexte où la communauté internationale renforce ses normes en matière de sécurité et de sûreté des navires, des ports, de prévention et de lutte contre les pollutions marines, un jumelage institutionnel a été conclu entre le Maroc et la France, le 30 novembre 2005, pour une durée de deux ans, rappelle le communiqué.
Le jumelage, explique le texte, s’inscrit dans le cadre de la coopération entre le Maroc et l’UE et qui a pour objectif de rapprocher la législation et la réglementation marocaines de l’acquis communautaire y compris les conséquences en matière d’organisation et de formation.
Le ministère français chargé des Transports procure les expertises et organise, en concertation avec les autorités marocaines, les voyages d’études et les formations contribuant à ce rapprochement.
Les activités programmées dans le cadre de cette convention de jumelage ont pour principaux objectifs de mieux prévenir les risques liés à la navigation maritime en améliorant la connaissance de la circulation des navires, de rapprocher les normes marocaines des normes européennes en suggérant des modifications des textes en vigueur relatifs à la sécurité des navires.
Elles visent également à améliorer les performances de l’administration marocaine en proposant des mesures d’organisation et de coordination ainsi que d’élévation du niveau de formation des personnels, d’accompagner les efforts accomplis en matière de sûreté des navires et des ports dans le respect des conventions internationales.
Une première session de formation portant sur la sécurité des navires est organisée, actuellement, à l’Institut supérieur des études maritimes à Casablanca.
Lors de cette réunion, les experts ont formulé des recommandations portant sur un nouveau système d’information relatif aux marchandises dangereuses et polluantes transportées sur le navire et sur une adaptation du code maritime aux nouvelles normes internationales et européennes en matière de sécurité et de sûreté des navires et des ports.
Les experts avaient rencontré, avant la formulation de ces recommandations, de nombreux représentants de la communauté maritime et portuaire.
Plusieurs fonctionnaires marocains ont participé à des voyages d’études en Europe se rapportant aux problématiques traitées dans le cadre de ce jumelage.
Les activités menées dans le cadre de cet accord vont se poursuivre jusqu’à la fin de l’année 2007 et s’inscrivent parmi les éléments contribuant à une meilleure fluidité du transport maritime au bénéfice des échanges extérieurs du Maroc, de la sauvegarde de ses intérêts économiques, de vies humaines et de la protection du littoral.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *