Témoignages

• «Je pratique la sodomie depuis très peu de temps. Au début, cette pratique sexuelle ne m’attirait pas du tout. Et puis cela s’est fait naturellement. J’avais quelques problèmes d’irritation du vagin qui rendait impossible la pénétration. Petit à petit, il a eu envie d’essayer. En fait, cela a été moins douloureux que prévu du fait du plaisir que mon partenaire me procurait en stimulant le clitoris. Pour ce genre de pratique, il faut être bien préparée et utiliser un lubrifiant».

• «La sodomie ne m’a jamais séduite. D’autant plus que l’Islam l’interdit. Je n’ai pas besoin de recourir à des pratiques perverses pour être satisfaite sur le plan sexuel».

• «Mon mari et moi pratiquons la sodomie depuis un certain temps. Il m’a fait connaître cette pratique sexuelle dès le début de notre relation. Et j’ai éprouvé beaucoup de plaisir. Il s’y prend avec douceur et lors des préliminaires, il me caresse le vagin et l’anus en même temps, cela me procure un plaisir intense».

• «Un jour, alors que je prenais une douche avec mon mari, il a commencé à me toucher le vagin  puis m’a fait un cunnilingus. Auparavant, je n’avais jamais accepté cette pratique. Mais ce fut tellement agréable que j’ai fini par avoir un orgasme. Les jours qui suivent, il a recommencé à le faire et le plaisir était toujours aussi».

• «La fellation est loin d’être primordiale dans mes rapports sexuels. Il est très rare que je demande à mon épouse de le faire. Pour moi, le plaisir le plus intense a lieu lors de la pénétration».

• «Le cunnilingus au même titre que la fellation constitue un «plus» dans le rapport sexuel. A travers ces pratiques, on s’abandonne et on se laisse emporter. C’est aussi une manière de découvrir les organes génitaux des deux sexes».

• «Au total, j’ai connu une vingtaine de femmes dans ma vie et rarement une femme a refusé le cunnilingus, sauf, une, celle qui est devenue mon épouse par la suite».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *