Tout ce que vous devez savoir avant Ramadan: Passage à l’heure d’hiver, provisions, horaires de travail, transport…

Tout ce que vous devez savoir avant Ramadan: Passage à l’heure d’hiver, provisions, horaires de travail, transport…

Bien que l’interdiction des opérations caritatives soit démentie par le chef de gouvernement AbdelIlah Benkiran, des initiatives de cet ordre se voient prohibées à la veille du Ramadan. C’est du moins ce qu’en témoigne l’interdiction d’une activité à Tan Tan, où une distribution des fameux «paniers de jeûne» devait se tenir, avant que les autorités n’interviennent.

Des changements habituels accompagnent chaque année l’arrivée du mois sacré. L’on passe par exemple à l’heure d’hiver (au mois de juin!),  on change les horaires de travail et on chamboule les habitudes alimentaires. Ramadan est également le mois où la générosité est à son comble.  Cela dit, la donne sera peut-être différente cette année où, paraît-il, le ministère de l’intérieur interdirait toute opération de charité. Et pour cause, l’approche des élections.
Bien que l’interdiction des opérations caritatives soit démentie par le chef de gouvernement AbdelIlah Benkiran, des initiatives de cet ordre se voient prohibées à la veille du Ramadan.
C’est du moins ce qu’en témoigne l’interdiction d’une activité à Tan Tan, où une distribution des fameux «paniers de jeûne» devait se tenir, avant que les autorités n’interviennent.
Il est  à préciser cependant qu’à l’heure actuelle, aucune communication officielle n’a eu lieu pour confirmer ou démentir cette restriction que mènerait l’Intérieur à l’égard des actions philanthropiques et dont la justification se résumerait dans la crainte qu’elles soient exploitées par les candidats aux prochaines élections.

Observation du «Hilal» : La science l’emporte !

L’autre imprévu de cette année est sans doute l’annonce des dates du premier jour de jeûne et du jour de la fête (Aid Al Fitr) à quelques jours du Ramadan, et non la veille.  En effet, c’est vendredi 3 juin que le ministère des habous et des affaires islamiques déclare que la vision du croissant lunaire lui a été impossible et que le premier du mois de Ramadan sera donc le mardi 7 juin 2016. Quant au jour de l’Aïd, ce sera mercredi 6 juillet. Autrement dit, le mois sacré durera 29 jours. Une annonce qui marque une rupture avec l’approche habituelle qui  insiste sur le fait que le croissant lunaire doit être observé à l’œil nu. Pour certains, cela témoigne d’un début d’assimilation du calcul astronomique, souvent rejetée par les fondamentalistes. Un grand pas pour la raison.  Ces deux exceptions mises à part, le Ramadan s’accompagne cette année, et comme toutes les années précédentes, par un rétablissement de l’heure d’hiver.

C’est ainsi qu’à partir d’hier dimanche 5 juin, le Maroc adopte de nouveau l’heure légale GMT et ce, pour un peu plus d’un mois. Selon le ministère de la fonction publique et de la modernisation de l’administration, le retour à l’heure d’été est programmé pour le 10 juillet prochain. Le même département a indiqué jeudi que les employés vont adopter l’horaire continu, du lundi au vendredi de 9 heures à 15 heures.  Pour les voyageurs, il y a lieu de noter que ces changements toucheront les heures de trafic des trains et tramways ainsi que les horaires des vols. Tel qu’indiqué par la Royal Air Maroc, d’ici à ce que le GMT+1 soit rétabli, les horaires de ses vols seront avancés d’une heure au départ et à l’arrivée des différents aéroports du pays. D’autres déclarations officielles fusent à l’occasion du Ramadan.

Elles sont pour leur totalité rassurantes. C’est le cas du ministre des affaires générales et de la gouvernance, Mohamed Louafa, qui, dans une sortie médiatique, a mis fin aux rumeurs autour de l’augmentation du prix de la bouteille de gaz de 12 litres. «Il n’y aura aucune hausse des prix du butane. Les informations qui circulent sur une éventuelle hausse sont infondées et le prix reste fixé à 40 dirhams auquel s’ajoute le prix du transport», avait-il affirmé. Ce qui inquièterait les ménages également, ce sont les prix exorbitants qu’atteignent la volaille et les œufs au Maroc.  Pour remédier à cela et faire face à la baisse de production nationale et à la très hausse demande (jusqu’à 600.000 œufs/jour), le Conseil de gouvernement a adopté un projet de décret pour la réduction à 10% du droit d’importation des œufs. Cette réduction est, notons-le, temporaire.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *